Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2016 5 28 /10 /octobre /2016 10:10

Des contes Merveilleux dans l'obscurité. C'est Frida Morrone qui en a eu l'idée :
"J'aimerais une fois t'entendre conter dans le noir."

Alors, au Festival Amies Voix, j'ai conté dans le noir, disons plutôt dans l'obscurité, car il y avait quelques bougies.

Quelle expérience !

L'obscurité apporte son silence à elle, qui n'est pas un silence courant. On y entend le moindre bruissement.
L'obscurité est paisible, elle invite à la lenteur, on y devient paisible.
Notre monde ne manque-t-il pas, peut-être, d'obscurité ? On y parle que de lumière...

Comme j'ai été bien dans cette obscurité, avec mes contes qui se dessinaient devant moi, plus vivants que jamais. Le public aussi a apprécié l'expérience :
"Je voyais les images se former devant moi comme des peintures"
"Comme on se détend dans la pénombre, c'est incroyable..."
"Rien ne compte que les mots et la voix, le regard n'est distrait par rien"
"L'imagination est bien plus libre"

On revient à ces soirées paysannes, au coin de l'âtre.
Ou à ces chambrettes mal éclairées, où on nous murmurait des contes et que nous nous serrions sous la couverture, car l'ogre montait l'escalier, avec ses fameuses bottes, le couteau à sa ceinture, et cet air fruste de brute inquiétante capable de tout !
Ou à ces grottes, où l'homme premier peignait des bêtes, à la lueur discrète d'un petit feu, pendant que les esprits de la nature, dansant autour de lui, insufflaient de la divinité à son inspiration.

Conter dans l'obscurité, j'ai adoré, je recommencerai !

Partager cet article

Repost 0
publié par Patricia Gaillard
commenter cet article

commentaires