Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 06:48

Continuons notre calendrier de l'avent, avec quelques secrets que je vais vous révéler sur les végétaux qui ornent cette fête. Ne doit-on pas leur donner de la place et balayer ces affreuses décos en plastique ?
Je vais vous en donner l'envie...

 

Pour avancer vers cette nuit de Noël, préparons la demeure, garnissons-la de végétaux et de leurs symboles forts : le lierre, qui signifie l’éternité et l’attachement jusqu’à la mort ; des fruits de rosiers rouges et ronds ou des baies d’églantiers et leur joyau ovale de grenat, car la rose est le symbole de l’amour envoyé du ciel à la terre ; des noix, qui symbolisent l’essentiel caché dans le superflu et notre vie intérieure à découvrir ; le gui, symbole d’immortalité et de prospérité, et le houx, qui rappelle le sang sur la couronne d’épines, tragique prémonition pour l’enfant qui va naître…

Tous ces décors pleins de charme sont à portée de main au détour des forêts et des haies de la campagne environnante. Tressés en couronnes, bouquets, guirlandes, ils sont d’inégalables parures, participation naïve et charmante de la nature. Et il y a ce sapin, qui symbolise lui aussi l’éternité, comme le buis, le laurier, le genévrier, l’if, le lierre et l’ajonc, qui restent verts tout l’hiver, même par le plus grand froid.

Le sapin était déjà sacré chez les Celtes. Pour eux, chaque essence d’arbre était liée à un mois lunaire, et décembre était le mois de l’épicéa, qui était l’arbre de l’enfantement, de l'espoir sans cesse renouvelé, de la victoire de la lumière sur les ténèbres, et de celle de la vie sur la mort. Ils considéraient le 24 décembre comme le jour de la renaissance du soleil. Dans les cultes gaulois, la déesse Druntia, qui séjournait dans les sapins, protégeait les druides. Lors des naissances, les grecs, eux, invitaient la déesse Artémis et son arc d’argent, en brûlant tout autour de la pièce des rameaux de sapin. Chez les romains aussi, pendant les fêtes de Saturne, du 17 au 24 décembre, les maisons étaient décorées de branches de sapin et, coutume curieuse et sympathique, les esclaves prenaient la place des maîtres et ceux-ci la place de leurs esclaves.

Le sapin, arbre de vie, rappelle Adam et Ève au paradis. En quittant cet Éden superbe avec sa compagne, Adam a ramassé trois graines de ce sapin. À sa mort, son fils Seth a enterré ces semences avec son père. Un arbre en est né, dont le bois a donné le bâton de Moïse et la croix du Golgotha.

C’est un arbre qui a pris une place importante dans la maison à cette époque de Noël, et elle dure encore de nos jours, bien qu’il soit de plus en plus remplacé par le sapin en plastique, symbole lui aussi, en quelque sorte, de notre triste séparation d’avec la nature.
Autrefois, ce sapin de la maison était placé deux ou trois jours avant Noël. On le décorait de deux silhouettes de papier représentant un homme et une femme : Adam et Ève sous l’arbre de vie du paradis. À la pointe du sapin, on mettait la plus belle pomme rouge du verger, cette fameuse pomme de la tentation. Et puis on accrochait des hosties blanches au bout des branches, pour rappeler qu’il y a un pardon pour tout, finalement. On terminait par de nombreuses pommes minuscules, rouges, frottées, qui devaient faire un bel effet à la lueur des feux de cheminée.

à demain pour d'autres enchantements...

in Livret/CD Noël en Alsace, Légendes et croyances - Patricia Gaillard - Éditions de Borée - Octobre 2016

Partager cet article

Repost 0
publié par Patricia Gaillard
commenter cet article

commentaires