Pluie

Publié le par Patricia Gaillard

Le poète a souvent comparé la pluie aux larmes de son coeur.

Nous maudissons la pluie en ce début d'année  sans froid et sans gel, mais mouillé sans cesse, humide partout et qui peint tout en tons de gris.

Quelles larmes coulent donc ainsi que nous n'avons pas versées et qui s'entassent dans le bassin cloîtré de la mémoire ? Et ce ciel qui ne cesse de s'épancher sans retenue, quand nous retenons sévèrement le flot qui est en nous. C'est qu'on nous a appris l'héroïsme, qui d'ailleurs ne sert à rien, qu'à être acclamé, la belle affaire, quand on aurait du nous apprendre l'amour. L'amour de soi, des autres, de la terre et l'amour de la pluie. Car enfin, elle est un miroir à toute l'eau que nous avons en nous ! Nous sommes essentiellement eau et craignons la pluie comme si nous étions sucre.

Bien sûr nous nous battons à longueur de vie pour avoir le meilleur et nous attendons carrément des éléments qu'ils nous le donnent aussi ! Comment, il pleut ? Il fait gris ? Froid ? Venteux ? Tout ce qu'on aime pas... quelle horreur... alors l'enfant gâté que nous sommes devenus - ou restés - râle et devient triste, car il n'a pas le meilleur.

Les dieux doivent souvent nous trouver drôles. C'est peut-être ce qui nous vaut d'être encore là.

On dit que les larmes rincent l'âme, n'a-t-elle pas grand besoin d'être rincée, l'âme du monde... ?

Allez, je vous emmène chanter sous la pluie, avec Gene Kelly https://www.youtube.com/watch?v=D1ZYhVpdXbQ

j'adore !!!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article