LA FIANCÉE DU GEL (russie) 1ère partie

Publié le par Patricia Gaillard

Nous allons faire comme les vieux feuilletons radiophoniques, épisode par épisode. Chaque histoire sera donc racontée en plusieurs jours.


LA FIANCÉE DU GEL - (russie)
1ère partie      (version de Patricia Gaillard)

Le thème de Cendrillon se retrouve partout dans le monde. Cette enfant - ou cette jeune fille - dont le père se remarie et que la marâtre n'aime pas. Celle qui suit en est un exemple de plus...

Pour la rejoindre il nous faut marcher un instant dans la forêt russe enneigée. Avançons sur ce chemin que l'on devine à peine, entre les mélèzes et les sapins. Voici un petit groupe d'isbas, ces maisons de bois peint, cachées dans les bouleaux. Dans une de ces isbas, un homme, Vladimir, est assis sur sa chaise, penché tristement vers le poêle en fonte noire qui ronfle. Il est veuf depuis deux mois et cette solitude est tellement difficile, surtout l'hiver...
Sa fille, Anna, balaie le plancher. Elle fait tout ce qu'elle peut la petite pour les travaux de la maison, pourtant son coeur aussi est lourd. Elle porte un grand tablier blanc brodé de fleurs et des bottes rouges. Des flammèches pointues sortent par le trou du petit couvercle rond et le vent mugit au dehors. Mais l'hiver, comme toutes les choses difficiles, a une fin et Vladimir, un beau jour de printemps remarque leur nouvelle voisine, une jeune femme blonde et ronde qui s'appelle Macha. On l'invite pour le thé. Macha et Vladimir papotent, se regardent, se plaisent. La noce se fait vite. Ils sont pressés. L'atmosphère change alors dans l'isba. Macha prend les choses en main, nettoie, cuisine, ramène dans la demeure l'ambiance que savent mettre les femmes. Anna n'a plus de place. Macha n'a pas d'ailleurs l'intention de lui en donner une, cette petite l'agace, avec son petit air triste et son silence. Et les mois passent, l'été arrive, puis l'automne et revoici l'hiver. Anna supporte de plus en plus mal l'aigreur grandissante de sa belle-mère. Heureusement il y a le gel qui pose partout dans la forêt son nacre et son argent. Anna est amoureuse du gel. Pour elle rien ne peut être plus beau que cette croûte irisée sous le soleil blanc du matin. Chaque jour elle met ses bottes rouges, son manteau de laine rousse et son grand châle pour fuir et aller le rejoindre. Bien sûr sa compagnie est glacée, mais au fond tellement plus chaude que la compagnie de Macha... 

la suite demain...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article