LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES (danemark) 3ème et dernière partie

Publié le par Patricia Gaillard

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES   (danemark)  3ème et dernière partie
(version de Patricia Gaillard)

Le feu de l’allumette couvre d’un coup le mur d’une curieuse lumière puis le mur entier devient transparent, il montre une table bien mise, avec une nappe blanche, des assiettes de fine porcelaine au liseré d’or, des verres cristallins, des couverts argentés. Au beau milieu de la table une oie rôtie, dorée, juteuse, est entourée d’oignons et de pommes. Et voici que la bête fumante se lève de son plat, se met à danser sur la nappe, glissant gracieusement entre les assiettes et les verres. Elle tient dans ses deux pattes un couteau et une fourchette qu’elle tend à la pauvre fillette. Mais l’allumette s’éteint et tout disparaît d’un coup, comme un mirage. Sans réfléchir cette fois, la petite craque une troisième allumette. Elle est immédiatement transportée près d’un arbre de Noël qui resplendit de bougies, de fines décorations de nacre et de verre, de cœurs de sucre rose. L’enfant, émerveillée, tend sa main pour en décrocher un, l’allumette s’éteint, l’arbre monte vers le ciel et toutes ses lumières deviennent des étoiles. Une de ces étoiles redescend vers la terre, déroulant dans son sillage une longue traîne d’or. Sa grand-mère chérie, qui l’avait tant aimée, disait souvent qu’une étoile filante annonçait une mort. La quatrième allumette craque fort et voilà que l’enfant voit sa grand-mère devant elle…
« Grand-mère, tu es revenue, emmène-moi, car tu vas disparaître quand l’allumette s’éteindra, comme le poêle, comme l’oie, comme le sapin ! Emmène-moi ! » Elle allume l’une après l’autre toutes les allumettes qui lui restent, pour voir encore et encore sa chère grand-mère, puis elle fouille dans sa poche, il ne reste plus rien. Cette fois toute lumière est perdue...
Grand-mère alors prend sa petite-fille dans ses bras, tout contre elle, avec une grande douceur et elle l’emmène très haut, loin du froid, loin de la faim et bien loin du chagrin.

Le lendemain, quelques passants s’arrêtent devant le triste spectacle d’une petite fille, morte dans une encoignure de mur. On peut voir, près de sa menotte, un fagot d’allumettes consumées. Les gens trouvent étranges ces joues bien roses et ce sourire alors que le corps est raide et gelé sous la neige.
Comment pourraient-ils donc imaginer le voyage paisible d’une vieille femme et d’une enfant, main dans la main, au-delà des misères de la terre, dans un monde très doux nimbé de tiède lumière…

Que la journée vous soit douce et légère

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article