MENSONGE ET VÉRITÉ 2ème partie

Publié le par Patricia Gaillard

MENSONGE ET VÉRITÉ 2ème partie
Conte traditionnel
Version de Patricia Gaillard

gravure collection personnelle

Le premier être qu’ils virent arriver était un homme riche. Il lui posèrent ensemble leur  fameuse question :
« Qui est meilleur pour l’homme, Mensonge ou Vérité ? »
Celui-ci, ayant amassé de grands biens grâce au mensonge, le sélectionna sans hésiter.
Le second à passer était un homme pauvre. Ils lui posèrent la même question :
« Qui est meilleur pour l’homme, Mensonge ou Vérité ? »
Celui-ci, ayant perdu ses biens à cause de la vérité, décréta que le mensonge devait, tout compte fait, être d’une belle utilité. Il le choisit donc.
Le troisième était un religieux, à qui ils demandèrent, d’une seule voix :
« Qui est meilleur pour l’homme, Mensonge ou Vérité ? »
Celui-ci réfléchit un instant et pour se faire l’avocat des hommes, qu’il connaissait fort bien - mais aussi car l’occasion était belle de montrer son savoir – il débita quelques dictons bien choisis, qui avaient fait leurs preuves depuis la nuit des temps :
Savez-vous que… « toute vérité n’est pas bonne à dire ? » 
Et qu’« il y a de pieux mensonge. »
Que « même la vérité d’un menteur n’est point écoutée. »
Mes amis, « il faut qu’un menteur ait bonne mémoire ! »
Si « l’erreur agite, la vérité repose. »
Cependant… « la vérité est au fond d’un puits. »
Et trop souvent… « la vérité est dans le vin »
Ah bien sûr, « les menteurs sont les enfants du diable. »
Mais « il ne suffit point de nommer la vérité, il faut la peindre aimable. »
On sait bien qu’ « à menteur, menteur et demi. »
Mais je pense que… « ce qui est vrai à la lampe, n’est pas toujours vrai au soleil »
Et que « mensonge sans offense, n’oblige point à pénitence »
Je terminerai par cette maxime de saint – Jean : « Vérité vous rendra libre. »
Il se tut quelques minutes, très sûr de son effet sur ses deux auditeurs, puis termina son discours en disant qu’à la lumière de cette vraie sagesse populaire, il fallait reconnaître que si la vérité était toute indiquée, le mensonge était somme toute meilleur, en tout cas suffisamment utile pour être élu.

Comme si ces trois personnages étaient la multitude, on les fit juge. Mensonge avait gagné et il souriait, ravi, pendant que Vérité, consternée, se taisait.

À demain, chers visiteurs, pour la suite de cette fameuse histoire !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article