LE DRAGON DE SOUCIA 2ème partie

Publié le par Patricia

2ème partie

De là à accorder à ce monstre assoiffé de sang, une préférence pour les jeunettes, il n’y eut qu’un petit pas. Il fut vite fait...

En faisant le décompte objectif de ses derniers repas, on  arriva à un rythme de deux ou parfois trois par an. Il fut donc décidé de choisir chaque année les deux plus jolies filles du village pour les offrir en sacrifice et ainsi être débarrassé tout le reste du temps de cette lourde menace. C’était à tout prendre, une bonne solution. Disaient-ils.

Ceux qui décidèrent cela devaient être vieux célibataires, tordus ou misogynes, il devait même s’y être glissé des langues de vipères,  des épouses jalouses et quelques vieilles bigotes. De ceux qui prétendent renifler dans la jeunesse si belle et si vivante, un arôme d’enfer… Bref, ils devaient être bien nombreux car la chose fut adoptée. Comment firent-ils pour annoncer ce troc au géant sulfureux ? Jamais rien sur ce moyen ne me fut révélé. En tout cas, pendant au moins un an ou deux, peut-être plus, ils firent ainsi. Ils offraient les deux belles, liées pour rester sages. C’était dur, assurément, mais le village connaissait, pour tout le restant de l’année, une paix normale de village d’ici-bas. L’arrangement était horrible, mais ne paie-t-on pas souvent très cher sa tranquillité… 

Il y avait à Soucia, une bonne poignée de jeunes hommes, tous d’âge à se marier et qui commençaient à trouver que de tels cadeaux à cette cruelle créature, qui après tout n’était qu’une bête, leur ôtaient les partis les plus jolis, les plus gentils et les plus délicieux. Les vieux ont la raison et les jeunes ont la force. Ces gars prirent au hasard des outils de fortune, un seul qui était noble trouva dans son manoir une épée encore bonne à couper des gorges. Ces armes-là sont comme les langues, elles ne perdent pas vite leur tranchant. Ils partirent vaillamment, c’était très beau à voir. La jeune témérité fait briller le sang sous la peau. A force de chercher le dragon,  ils le trouvèrent. La bataille fut terrible. D’un côté les naseaux formidables qui jetaient tour à tour des flammes, des étincelles et une espèce de morve empoisonnée qui trouait les chemises de chanvre comme des radées de chevrotine. De l’autre des bras volontaires avec des fourches, des pelles, des pioches, l’épée, que sais-je encore, ça tombait dru des deux côtés.

 

À DEMAIN !


la gaillarde conteuse...