L'ÉTÉ DES MYTHOLOGIES - la vieille Finlande - Le KALEVALA - 7

Publié le par Patricia Gaillard

L'ÉTÉ DES MYTHOLOGIES
la vieille Finlande
le KALEVALA
7

Wäinämöinen a oublié les paroles qui apaisent et guérissent les blessures du fer

Wäinämöinen va trouver un très vieux sage qui a un grand savoir. Ils vont rechercher ensemble, dans la grande mémoire, le récit des origines du fer, car celui-ci, caché dans la vase gluante des marécages a été mis à nu par les piétinements du loup et de l'ours. Mais, grâce à eux, Ilmarinen le forgeron divin, a pu recueillir le germe du fer et il l'a emporté dans sa forge pour que sous son feu remarquable il fonde, puis enfle, puis se répande...

Et le forgeron Ilmarinen a jeté de la cendre dans l'eau qui devait faire durcir le fer et il a goûté l'eau, mais l'eau n'était pas prête pour faire ce travail
C'est là que Mehiläinen, l'abeille, a surgi sur la terre et de son vol d'or elle est allée jusqu'à l'atelier du forgeron divin qui lui a dit :
"Mehiläinen, bête voletante, apporte-moi un miel extrait du nectar de six fleurs et de sept brins d'herbe, pour préparer l'acier..."

Mais tout près de là, sur le toit de bouleau de l'atelier du forgeron, Herhiläinen, la guêpe, observe la scène. Elle va se poser discrètement sur le rebord du vase à eau pour y déposer les venins de la création

Ce n'est pas dit, mais c'est probablement la remontée en mémoire de ce récit qui a guéri la blessure de Wäinämöinen, le vieux chanteur...
N'y a-t-il pas ainsi des récits que nous croyons perdus et qui nous enrichiraient d'être réveillés. Ne sont-ils pas encore, dormants, dans nos mémoires ?

À DEMAIN !

la gaillarde conteuse...