HISTOIRE DE CADET ROUSSEL

Publié le par Patricia Gaillard

 

CADET ROUSSEL EST BON ENFANT

En avril 1743, naquit à Orgelet, Guillaume Joseph Roussel, qui deviendra le fameux Cadet Roussel de la chanson, nous allons découvrir comment.

 A dix-neuf ans il se retrouve seul à la mort de son père et cherche à se placer comme domestique. Il devient valet à Auxerre.

 Nous disions que le chiffre  trois était signe de réussite… après quelques années passées dans cet état de valet il devient clerc d’huissier. Guillaume joseph est une très heureuse nature et son excellent caractère le fait aimer de tous. Dans ses habitudes et ses tenues vestimentaires, c’est un original ! Il se fait ainsi remarquer et on rit volontiers de lui.

Puis il fait un mariage intéressant. Elle a seize ans de plus que lui, mais sa dot est rondelette et voilà que très vite Roussel devient huissier lui-même. Sa situation s’arrange de jours en jours. Il achète donc une maison biscornue qu’il fait surmonter d’une construction étrange. (voilà donc la maison de la chanson !)

Nous disions que le chiffre trois était un signe d’intelligence… Roussel est un homme jovial et « bon enfant » qui ne se pique pas de ce qu’on rit derrière lui. Cela lui vaut de très nombreuses sympathies.

Un jour, Gaspard Chenu, auteur auxerrois de chansons satiriques, écrit à l’exemple d’une très vieille chansonnette « Jean de Nivelle », quelques couplets qui se moquent gentiment de Guillaume Joseph, qui devient pour le coup  « Cadet Roussel » !

Cette drôle de ritournelle qui  se répand dans la ville, était prévue pour y rester. Mais des volontaires de la région, partant aux armées pour aller défendre les frontières, l’emportèrent avec eux. En peu de temps elle sera connue dans tous les coins et tous les milieux de France. Son portrait est même dans les vieilles images d’Epinal, et sur la place Charles Surugue à Auxerre, on peut admirer une statue qui le représente…

Nous disions que le chiffre trois était signe d’énergie…

Veuf en 1803, il se remarie avec une dame qui cette fois est plus jeune que lui de 23 ans !

En 1807, il meurt sans descendance.

Son portrait est dans les vieilles images d’Epinal et sur la place Charles Surugue à Auxerre, on peut admirer une statue qui le représente…

 

La chanson lui survit.

Deux cents ans après sa mort,

Nous la chantons encore.

Les petits autour de nous la savent aussi.

Mais savent-ils que ce Cadet est né ici ?

Voici l’occasion de leur dire son histoire,

Et de les endormir un soir

Avec le refrain que voici…

 

CHANSON DE CADET ROUSSEL

(D’après Gaspard Chenu - 1792)

 

Cadet Roussel a trois maisons (bis)

Qui n’ont ni poutres, ni chevrons (bis)

C’est pour loger les hirondelles,

Que direz-vous d’Cadet Roussel ?

 

Refrain : Ha, ha, ha oui vraiment,

Cadet Roussel est bon enfant !

 

Cadet Roussel a trois habits, (bis)

Deux jaunes, l’autre en papier gris (bis)

Il met celui-ci quand il gèle,

Ou quand il pleut ou quand il grêle

Refrain

 

Cadet Roussel a trois chapeaux (bis)

Les deux ronds ne sont pas très beaux (bis)

Et le troisième est à deux cornes

De sa tête il a pris la forme

Refrain

 

Cadet Roussel a trois beaux yeux (bis)

L’un r’garde à Caen, l’autre à Bayeux (bis)

Comme il n’a pas la vue bien nette

Le troisième c’est sa lorgnette

Refrain

 

Cadet Roussel a trois gros chiens (bis)

L’un court au lièvre, l’autre au lapin (bis)

L’troisième s’enfuit quand on l’appelle

Comme le chien de Jean de Nivelle

Refrain

 

Cadet Roussel a trois beaux chats (bis)

Qui n’attaquent jamais les rats (bis)

Le troisième n’a pas de prunelle

Il monte au grenier sans chandelle

Refrain

 

Cadet Roussel a trois garçons (bis)

L’un est voleur, l’autre est fripon (bis)

Le troisième est un peu ficelle

Il ressemble à Cadet Roussel

Refrain

 

Cadet Roussel a marié (bis)

Ses trois filles dans trois quartiers (bis)

Les deux premières sont moins que belles

La troisième n’a pas de cervelle

Refrain

 

Cadet Roussel a trois deniers (bis)

C’est pour payer ses créanciers (bis)

Quand il a montré ses ressources

Il les resserre dans sa bourse

 

Ha, ha, ha oui vraiment,

Cadet Roussel est bon enfant !

 

Bon enfant d’Orgelet…

 

À bientôt !

la gaillarde conteuse...

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

roxane 07/11/2019 15:12

Coucou Patricia .J ai enfin le temps de te lire et je suis gourmande de tous tes contes .Beaucoup m'entrainent dans un espace en moi l'espace du merveilleux et de l'imaginaire que je quitte bien trop souvent.Je te remercie de tout coeur

Patricia Gaillard 07/11/2019 17:55

Merci pour ta visite, chère Roxane, la vocation de ce blog est précisément d’entraîner mes lecteurs du côté du merveilleux. A bientôt !!