QUELLE IDÉE...

Publié le par Patricia Gaillard

photo P.Gaillard

Eh bien non. Vous allez rire, les fringues finalement, ça ne m'inspire pas du tout ! ça me semblait original, inattendu comme sujet, mais rien ne me vient et je sèche, ce qui n'est pas habituel chez moi. Donc, pas de doute, il me faut chercher ailleurs de quoi titiller ma plume...

Un de mes petits-enfants est chez moi en ce moment. Jeune parisien de huit ans, c'est toujours avec bonheur qu'il vient nous rejoindre dans notre belle campagne. Cet après-midi, grand soleil, je lui ai proposé de faire un tour dehors, il a accepté tout de suite. Nous avons enfilé des bottes en caoutchouc - les pluies fréquentes de l'hiver ont laissé le sol gadouilleux - et nous sommes allés autour de l'étang, sous les sapins et le long de la petite rivière qui chante dans les buissons. Nous avons cassé en morceaux des branches mortes pour en faire des bateaux que nous avons regardé filer dans le courant. Je lui ai présenté les premières fleurs, la Ficaire avec ses pétales longs, pointus d'un luisant satin jaune, la Véronique de Perse, fragile, gracile, si bleue, la pâquerette au coeur d'or et aux multiples et fins pétales blancs teintés par endroits de rose vif. L'enfant était émerveillé, on découvre la beauté des fleurs quand on s'arrête pour les regarder. Et puis je lui ai présenté mes mousses préférées, sur les murets de vieilles pierres, et les fougères que j'aime tant et qui s'installent d'elles-mêmes dans les fentes garnies d'un peu de terre sèche où elles sont abreuvées juste par les rosées et les pluies, mais capables en été de sobriété, plus encore qu'un chameau. Les fougères que l'on nomme scolopendres, aux feuilles longues et lisses, aiment s'installer juste au-dessus de l'eau, elles sont ainsi toujours recouvertes de microscopiques gouttelettes d'humidité. Les plantes savent quels sont leurs besoins, elles ne choisissent pas leur demeure au hasard. Nous devrions en faire autant.
"Grand-mie, j'ai envie de faire pipi ! (eh oui, moi c'est grand-mie ;-)

- Nous sommes dehors, tu peux faire où tu veux...
Étonnement, sourire, il a dégainé son bijou de famille et, arqué en arrière au bord de la rivière, il a visé dans l'eau... Le soleil a fait scintiller le jet...
"Regarde, on dirait un arc en ciel ! Il riait, il riait !
- Eh oui, à la campagne, on peut faire pipi dehors, c'est formidable.
- Carrément.
- On va goûter ?
- Oui, mais dehors...
- D'accord"
J'ai cherché deux mandarines, elles étaient grandes comme des pommes.
Nous nous sommes régalés.

Parler de fringues après ça..
Ça ressemblerait à quoi... dites-moi

à bientôt !

la gaillarde conteuse...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article