Le jardin du 13 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 13 Juin

Chaque matin je rassemble un petit bouquet de fleurs sauvages qui me rappellent ensuite, au fil des heures, la beauté simple de la nature.
Un petit chêne est arrivé tout seul, pas loin du frêne, contre un troène rose. On voit qu’il en est à ses débuts, qu’il manque d’expérience, car ses petites branches partent un peu dans tous les sens.
 « Un chêne devient gros, il va envahir l’endroit » dit mon époux, qui espère être convaincant. 
Mais, me connaissant, il renonce. Nul n’ôtera ce chêne, je veille et je fais le vœu que nous le voyions grandir encore longtemps. 
Ce petit arbre ne sait pas encore - mais je le lui apprendrai - qu’il est symbole de force, de générosité, de majesté, qu’il était l’arbre sacré de plusieurs traditions, qu’il symbolise la communication entre le ciel et la terre. Les druides y cueillaient leur gui sacré, Hercule y sculpta sa massue, Saint-Louis dans la forêt de Vincennes rendait justice sous un chêne. Le chêne était, lui aussi, l’un des sept arbres du bosquet sacré des druides. 
Pour l’instant je le laisse grandir, prendre sa place, étirer ses racines, s’installer. Plus tard, de jour en jour, je lui raconterai son histoire. Une conteuse raconte des histoires, aux humains bien sûr, mais pas que…

Un jour, parlant de lui, mon époux dira « il est venu ici de lui-même » et il sera fier d’être l’hôte du chêne. 

À demain ! 

La gaillarde conteuse…                

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article