Le jardin du 8 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

Aujourd’hui j’aimerais parler un peu du laurier. Cette aromatique très courante a une histoire. Dans la Grèce antique déjà, le laurier était dédié au dieu Apollon qui, amoureux de la nymphe Daphné, l’avait vue se transformer en laurier pour lui échapper. Il fit alors de cette plante son emblème. Il y avait à Delphes une prêtresse d’Apollon, la Pythie, qui faisait ses prédictions tout en mâchant des feuilles de laurier. 
Connaissez-vous le merveilleux savon d’Alep ? Composé d’huile d’olive et d’huile de baies de laurier, sa réputation n’est plus à faire. Il peut contenir jusqu’à 55% d’huile de baies de laurier. C’est un savon magique : plus il contient d’huile de baies de laurier, plus il est cicatrisant et purifiant, excellent pour les peaux grasses. Plus il contient d’huile d’olive, plus il est nourrissant et parfait pour les peaux sèches. Un must !

J’ai fait un voyage en Syrie, la Syrie d’avant, la vraie, j’ai conté dans un théâtre qui s’appelait « Les quarante martyrs. » et j’ai vu les splendides souks d’Alep et ses comptoirs de savons, d’étoffes et d’épices… c’était un séjour des mille et une nuits.

N’oubliez pas le laurier dans vos viandes mijotées, il apporte une note profonde à ces plats, il est nécessaire dans le bouquet garni. 
Et si vous êtes chauve, faites-en une couronne, car il paraît que Jules César portait une couronne de laurier pour cacher sa calvitie. C’est du chiqué ! Moi qui croyais qu’ils étaient pour lui les lauriers de la gloire, ce qui n’est pas beaucoup mieux d’ailleurs.

Mieux vaut les mettre dans le veau ! 

À demain !

La gaillarde conteuse… 

PS : il semble que les doryphores battent en retraite                

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article