Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LA FEMME SQUELETTE (conte inuit) 4ème et dernière partie

Publié le par Patricia Gaillard

 LA FEMME SQUELETTE  (conte inuit)  4ème et dernière partie  (version de Patricia Gaillard)

Elle n'a rien vu, rien entendu, rien pensé bien sûr, elle n'avait que ses os, mais elle a ressenti quelque chose, comme un battement, dans la profondeur de ses os. Elle s'est mise à ramper jusqu'à l'homme et elle a posé ses phalanges sur sa poitrine. Elle a senti un battement dans ses os, elle a ouvert la poitrine avec ses doigts coupants et elle a sorti le coeur qui battait, comme un tambour. Son tambour, où l'avait-elle laissé ? Au fond de la mer ? Elle a pris ce coeur chaud, humide, dans ses deux mains d'os et elle s’est levée, s'est mise à danser, à danser, à danser...
À danser, à danser, à danser...
Pendant qu'elle dansait sa chair doucement s'est recomposée, des yeux lui sont venus et enfin elle a vu ce coeur, elle a entendu son battement et elle l'a senti dans ses doigts, elle l'a senti dans tout son corps comme son propre coeur, son tambour, qui battait et elle a su que ce coeur dans ses mains n'était pas le sien. Alors elle s'est mise à genoux, a remis le coeur dans la poitrine ouverte de l'homme. La femme s'est étendue contre le corps de l'homme qui se réveillait...
On dit qu'ils ont été heureux longtemps, qu'ils sont descendus souvent tout au fond de la mer, qu'ils sont montés souvent dans les étoiles du septième ciel, qu'ils se sont donné de la chair toute leur vie. Et on dit aussi que quand son tambour à elle s'est tu, son tambour à lui s'est tu aussi...

Au revoir, chers passants, maintenant je vous en ai dit assez, je vais me taire, mais permettez que je vous embrasse...
Patricia

 

 

Partager cet article

Repost0

LA FEMME-SQUELETTE (conte inuit) 3ème partie

Publié le par Patricia Gaillard

LA FEMME-SQUELETTE  (conte inuit)   3ème partie
(version de Patricia Gaillard)

...Le jeune homme tirait, tirait, la femme-squelette avançait, avançait et elle est sortie de la mer, au bord, sur la plage. Quand l'homme a vu ça, lui qui n'avait pas peur des esprits, il a eu peur de ce squelette. Alors, tout en gardant sa ligne en main, il s'est mis à courir, à courir, et plus il courait, plus elle le suivait, plus elle le suivait, plus il courait, plus il courait, plus elle le suivait... ça ne s'arrêterait donc pas. Arrivé à son igloo, il est entré et a glissé la peau de phoque devant l'ouverture. Il y a eu un grand silence, puis il a allumé la lampe à graisse. La femme-squelette était là, assise par terre, au fond de l'igloo, elle ne bougeait pas, elle était toute emmêlée, une phalange de pied dans une oreille, un coude dans le bassin, la tête vissée vers l'arrière. Il l'aurait trouvée drôle, même touchante, si elle n'avait pas été si effrayante.
Au bout d'un moment, il a commencé à s'habituer. Après tout un squelette c'est humain. Lui aussi était humain, il avait de la chair, elle n'en avait pas, et voilà, Après tout, qu'est-ce qu'elle aurait bien pu lui faire ?
Il s'est approché, doucement, progressivement, surveillant sa réaction, dans la lumière douce de la lampe à graisse, et avec ses doigts, qui avaient l'habitude de démêler les noeuds de fil, il a défait patiemment tout cette cordelette translucide, emberlificotée d'un os à l'autre. Il a fait ça précautionneusement, en chantonnant doucement. Ensuite il a remis les os en place, tous, elle était mieux comme ça. Elle ? Oui, La mâchoire était petite, les hanches arrondies, elle avait sûrement été une femme. Il a même posé une pelisse de phoque sur ses épaules.

Cette invraisemblable fin de journée l'avait fatigué. Il s'est déshabillé, complètement, et s'est engouffré sous une épaisse couverture en fourrure d'ours. Il a soufflé la lampe à graisse près de lui et, très vite, s'est endormi...

À demain, pour la suite.... et fin
Bonne fin de journée !
Patricia


 

Partager cet article

Repost0

LA FEMME-SQUELETTE (conte inuit) 2ème partie

Publié le par Patricia Gaillard

LA FEMME-SQUELETTE  (conte inuit)  2ème partie
(version de Patricia Gaillard)

Is ont marché, marché comme ça jusqu'à la mer. Devant la mer il y avait une immense crevasse, ils sont descendus dans cette crevasse, descendus jusqu'au fond de la mer. Une fois arrivés là, les deux hommes-ours ont abandonné la fille et ils sont remontés. Elle est restée là, au fond de la mer, comme prisonnière de la mer...
Alors la mer l'a prise, comme une mère, et elle l'a bercée comme elle sait faire, avec son rythme, son souffle, sa respiration de mer. Elle l'a gardée ainsi longtemps. Elle l'a conservée. Et puis, avec sa patience sans fond et toutes ses petites bêtes, lentement, elle a défait tous les os de leur chair. Un jour la fille n'était plus qu'un squelette. Elle était devenue la femme-squelette.
Elle était toujours tournée vers une partie de la mer qui était plus lumineuse, alors la mer un jour l'a soulevée, l'a poussée et la femme-squelette s'est mise à marcher, à marcher, jusqu'à l'endroit lumineux, où il y avait une multitude de poissons brillants au ventre roux, au dos couleur d'émeraude. Puis elle est restée là, assise, dans la lumière de la mer.
Près de la surface il y avait une crique. Aucun pêcheur ne venait jamais y pêcher car un vieux savoir disait qu'il y avait des esprits dans cette crique. Un jeune pêcheur, beau et fort, qui aimait manger ces poissons au ventre roux et au dos couleur d'émeraude et qui n'avait pas peur des esprits, avait pris l'habitude de venir pêcher là, chaque jour, un peu avant la nuit. Il lançait sa ligne, très loin, la ligne se posait, l'hameçon descendait, descendait. Et ce soir-là, la ligne s'est posée, l'hameçon est descendu, descendu, jusqu'à la femme-squelette, qui était assise là, au fond de l'eau, dans les derniers rayons de la lumière... En arrivant sur ce squelette, l'hameçon a fait comme une aiguille, il est passé sous un os, puis sur un autre, puis sous le reste et à force il a tissé une espèce d'embrouillaminis invraisemblable entre tous ces os. 
Le pêcheur a cru qu'il avait une touche, une grosse touche, pour un pêcheur une grosse touche c'est tellement important. Il imaginait déjà un très gros poissons au ventre roux, au dos couleur d'émeraude, alors il a tiré, tiré, le noeud de fil a commencé à soulever la femme-squelette qui s'est mise à avancer, avancer et le jeune homme tirait, tirait, et la femme-squelette avançait, avançait...

À demain pour la suite...

Que ce jour vous soit doux, vous qui passez ici

 

Partager cet article

Repost0

LA FEMME-SQUELETTE (conte inuit) 1ère partie

Publié le par Patricia Gaillard

LA FEMME-SQUELETTE  (conte inuit)  1ère partie
(version de Patricia Gaillard)

Cet homme était chef de son village, il était vieux et sage, sa compagne était vieille aussi et très douce. Il avaient une fille, qui était déjà une jeune fille. Comme le voulait leur tradition, ils auraient aimé qu’elle choisissent un compagnon parmi les hommes de leur village, mais elle ne voulait pas. Pourtant ils venaient nombreux, grands, forts, jeunes, chasseurs, pêcheurs, mais elle n’en voulait pas. Ce n’était pas pourtant une fille capricieuse et on ne savait pas pourquoi elle les repoussait tous, elle refusait d’en parler. Son père, qui était chef et gardien des traditions, avait fini par se fâcher et lui avait dit « Je te donnerai au prochain qui se présentera à la porte de ma maison. » Elle ne répondit rien.
Un jour deux hommes arrivèrent dans le village, ils étaient frères, ils demandèrent à être reçus par le chef du village et arrivés chez le chef du village, ils demandèrent à être reçus par sa fille. Que lui ont-ils dit ? Que lui ont-ils demandé ? Je ne saurais le dire, mais elle accepta de s’en aller avec eux. Elle dit adieu à ses parents, n’emporta avec elle que son tambour en peau de caribou, car il était comme son coeur et elle partit, marchant dans la neige, entre les deux hommes, sans se retourner. Ils sortirent du village tous les trois, sans dire un mot. La fille marchait entre eux, serrée entre eux, elle n’aurait pu s’échapper et au fur et à mesure qu’ils avançaient, les deux hommes, au rythme de leurs pas, se métamorphosèrent en ours…

À demain pour la suite
Passez une bonne journée d’hiver…

 

Partager cet article

Repost0

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES (danemark) 3ème et dernière partie

Publié le par Patricia Gaillard

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES   (danemark)  3ème et dernière partie
(version de Patricia Gaillard)

Le feu de l’allumette couvre d’un coup le mur d’une curieuse lumière puis le mur entier devient transparent, il montre une table bien mise, avec une nappe blanche, des assiettes de fine porcelaine au liseré d’or, des verres cristallins, des couverts argentés. Au beau milieu de la table une oie rôtie, dorée, juteuse, est entourée d’oignons et de pommes. Et voici que la bête fumante se lève de son plat, se met à danser sur la nappe, glissant gracieusement entre les assiettes et les verres. Elle tient dans ses deux pattes un couteau et une fourchette qu’elle tend à la pauvre fillette. Mais l’allumette s’éteint et tout disparaît d’un coup, comme un mirage. Sans réfléchir cette fois, la petite craque une troisième allumette. Elle est immédiatement transportée près d’un arbre de Noël qui resplendit de bougies, de fines décorations de nacre et de verre, de cœurs de sucre rose. L’enfant, émerveillée, tend sa main pour en décrocher un, l’allumette s’éteint, l’arbre monte vers le ciel et toutes ses lumières deviennent des étoiles. Une de ces étoiles redescend vers la terre, déroulant dans son sillage une longue traîne d’or. Sa grand-mère chérie, qui l’avait tant aimée, disait souvent qu’une étoile filante annonçait une mort. La quatrième allumette craque fort et voilà que l’enfant voit sa grand-mère devant elle…
« Grand-mère, tu es revenue, emmène-moi, car tu vas disparaître quand l’allumette s’éteindra, comme le poêle, comme l’oie, comme le sapin ! Emmène-moi ! » Elle allume l’une après l’autre toutes les allumettes qui lui restent, pour voir encore et encore sa chère grand-mère, puis elle fouille dans sa poche, il ne reste plus rien. Cette fois toute lumière est perdue...
Grand-mère alors prend sa petite-fille dans ses bras, tout contre elle, avec une grande douceur et elle l’emmène très haut, loin du froid, loin de la faim et bien loin du chagrin.

Le lendemain, quelques passants s’arrêtent devant le triste spectacle d’une petite fille, morte dans une encoignure de mur. On peut voir, près de sa menotte, un fagot d’allumettes consumées. Les gens trouvent étranges ces joues bien roses et ce sourire alors que le corps est raide et gelé sous la neige.
Comment pourraient-ils donc imaginer le voyage paisible d’une vieille femme et d’une enfant, main dans la main, au-delà des misères de la terre, dans un monde très doux nimbé de tiède lumière…

Que la journée vous soit douce et légère

 

Partager cet article

Repost0

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES (danemark) 2ème partie

Publié le par Patricia Gaillard

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES (danemark) 2ème partie
(version de Patricia Gaillard)

Elle grelotte mais ne peut retourner chez elle, elle n'a pas récolté la moindre piécette et craint la colère de son père. Le froid vaut mieux que lui. Ses mains lui font mal jusque sous les ongles. De délicieux parfums  sortent des demeures autour d'elle, des fumets de viandes qui mijotent, des odeurs de gâteaux au four, qui torturent son ventre creux.
Elle aperçoit une encoignure, entre deux maisons, elle s'y glisse et s'y accroupit, peut-être y sentira-t-elle moins le froid. La neige a fait sur sa jolie chevelure et sur ses épaules comme un châle blanc, de cristaux légers, la rendant pareille à une fée de l'hiver. La nuit maintenant est bien noire, les réverbères sous la neige éclairent mal la ruelle, les vitrines s'éteignent peu à peu, les gens sont rentrés chez eux. Il ne reste que quelques passants qui avancent, penchés, sous la neige. Qui pourrait remarquer cette fillette, blottie dans ce coin de mur obscur...
Elle met ses mains dans ses poches et sent les allumettes. Si elle en craquait une, juste une ? Elle imagine déjà la bonne chaleur de la flamme. Alors elle n'hésite plus, en prend une entre ses doigts et la frotte contre le mur. Aussitôt une belle flamme jaune surgit dans un craquement, s'allonge, s'affine et brille comme un soleil dans l'ombre noire. Et cette chaleur soudaine et minuscule, quelle joie, quel bonheur ! Il lui semble maintenant voir devant elle un bon poêle en fonte noire, où trône une grosse bouilloire de cuivre. Elle étend ses pieds, pour les chauffer un peu contre le poêle, mais celui-ci disparaît et elle se retrouve dans le froid et le noir, un restant d'allumette noirci entre ses doigts... Cette fois elle n'hésite pas et prend une seconde allumette. Celle-ci craque avec panache, sa belle flamme éclairant tout alentour ! 

À demain pour la suite, passez une bonne journée...

la photo viendra plus tard dans la journée. Il a fait  -5 ce matin ici, je m'en vais à l'instant prendre des photos du gel !

la voilà !!

 

Partager cet article

Repost0

LA PETITE FILLE AUX ALLUMETTES (danemark) 1ère partie

Publié le par Patricia Gaillard

La petite fille aux allumettes  (danemark)  1ère partie
(version de Patricia Gaillard)

Elle venait des faubourgs de la ville, ces lieux obscurs, malpropres, où traîne la misère. La mère était partie, le père était souvent pris de vin, et il y avait deux enfants dont un tout-petit. La gamine était l’aînée et  devait mendier, mais elle arrivait toujours, avec son petit air maigre et pâlot, à toucher assez de cœurs pour rapporter quelques piécettes de cuivre.

On était en plein hiver et c’était la dernière nuit de l’année. Un froid tenace s’était installé depuis plusieurs jours. Dans les rues de la ville les gens marchaient vite, crispés, les cols relevés, les mains dans les poches. La vieille neige avait commencé à fondre un peu, puis ce froid intense et soudain l’avait gelée, on aurait cru que tout était recouvert d’une grosse couche de verre lisse et brillant.
La petite était venue par ici car le quartier était cossu. De belles boutiques, aux vitrines éclairées, montraient toutes sortes de merveilles. Fourrures, soies et châles de laine, ou jambons, saucisses et poulardes enrubannées. Chacun cherchait à se faire un doux et bon réveillon. Les gens entraient et sortaient des boutiques, puis filaient, d’un pas pressé, pour retourner dans leurs logis où sûrement un bon feu les attendait. Elle s’était installée sous un réverbère qui était tout vernis par le gel et elle tendait ses allumettes. Mais les passants ce soir-là n’avaient pas besoin d’allumettes et recroquevillés par le froid, le paquet de leurs achats sous le bras, ils remarquaient à peine cette enfant en guenilles, avec une seule chaussure trop grande, les doigts et le visage douloureux, rougis et raidis par le grand froid. Elle se traîna ainsi de rue en rue, puis la nuit et la neige se mirent à tomber en même temps…

À demain pour la suite
Je vous souhaite une bien bonne journée

La photo ci-dessous a été prise dans ma voiture, dont le pare-brise était fortement gelé. Admirez ces arabesques, exactement ce que j'aime !

 

Partager cet article

Repost0

LE CYGNE (Alsace) 2ème et dernière partie

Publié le par Patricia Gaillard

LE CYGNE (Alsace)  2ème et dernière partie
(version de Patricia Gaillard)

Le bel animal, prodigieux tout d'abord, devint peu à peu habituel, puis banal, puis même un peu encombrant. Jusqu'au jour où la dame, dont le coeur guérissait, trouva cette présence constante vraiment exagérée. Elle se souvint qu'au village voisin il y avait une ferme, où son époux, qui aimait tant les cygnes, en possédait beaucoup. Elle confia donc la brave bête blanche à une servante. Quand celle-ci arriva à la ferme, elle ouvrit le panier à volaille et l'animal en surgit comme un diable et s'enfuit dans un bois proche. Nul jamais ne le revit.

À partir de ce jour la dame fut frappée d'une langueur mauvaise. Ses affaires, peu à peu, tournèrent mal, et sa vie se termina dans une triste misère...
On ne voit pas un ange, s'il prend les traits d'une bête.

"Puis quand les bords de l'eau ne se distinguent plus
À l'heure où toute forme est un spectre confus
Où l'horizon brunit rayé d'un long trait rouge
Alors que pas un jonc, pas un glaïeul ne bouge
Que les rainettes font dans l'air serein leur bruit
Et que la luciole au clair de lune luit
L'oiseau dans le lac sombre où où sous lui se reflète
la splendeur d'une nuit lactée et violette
Comme un vase d'argent parmi des diamants
Dort, la tête sous l'aile, entre deux firmaments."

Sully Prud'homme - Le Cygne

 

 

Partager cet article

Repost0

LE CYGNE (Alsace) 1ère partie

Publié le par Patricia Gaillard

LE CYGNE  (Alsace) 1ère partie
(version de Patricia Gaillard)

Ce matin, joie, un beau givre recouvre tout !
Souvenez-vous du turban qui auréolait la tête d’Anna, ce turban en plumes de cygne. Ce cygne me rappelle soudain une histoire de mon Alsace natale. Et puis une de mes amies arrive à la saison de sacrifice de ses chers canards… c’est toujours difficile de devoir tuer nos bêtes.
En lisant ce conte, rejoignons-la un peu…

LE CYGNE  (Alsace)  1ère partie

Au village de Diemeringen, dans la vallée de l’Eichel, en Alsace bossue, vivait un chevalier. Il était pétri de vertus, mais il avait, de plus, des dons de magicien, d’herboriste, de voyant et d’astrologue. Il savait manipuler les herbes rares, connaissait le parcours des astres et leurs conversations secrètes avec les êtres et il était bien capable de faire pondre des œufs à un chat ou des sous à un âne. De toutes ces sciences admirables il n’en mettait aucune au service de pratiques noires. C’était un homme bon et juste, estimé de tous et chacun à son art pouvait venir soulager ses soucis.
Un jour, qu’il était penché sur la transparence du destin, il y lut le signe de son propre trépas. Avalant la sentence avec sagesse, il annonça cette fatalité à son épouse. Elle eut beau pleurer, supplier, il savait bien que rien n’y ferait. Nul ne peut retenir le fil qui doit se rompre. Cet homme était cependant moins désorienté par cette nouvelle, que nous ne saurions l’être… Il annonça à son épouse :
- « Trois jours après mon trépas, un cygne blanc viendra vers vous. Prenez grand soin de lui, gardez-le près de vous et rien, jamais, ne vous manquera. »
À quelques heures de là, la mort vint le trouver et lui coupa le souffle pour l’emmener en ce lieu que nous connaitrons tous.

La veuve veilla trois jours près de l' époux, pleurant et priant, même la nuit. Tous ceux qu’il avait soulagé de leurs maux défilèrent lentement devant sa dépouille, étonnés qu’un guérisseur tel que lui n’ait pas su échapper aux lois communes du destin.
Au soir du troisième jour, la dame se retrouva seule, éplorée sous ses voiles noirs, quand un grand cygne blanc entra par une ouverture, ses larges ailes fouettant l’air. Il se posa aux pieds de la dame, fourra sa belle tête au creux de son aile et ne bougea plus. La compagnie silencieuse de l'animal devint un véritable baume et chaque jour la dame perdait un peu de sa tristesse. Il n'est peine qui ne s'émousse, puisque le temps est là pour tout user...

À demain, pour la suite !

 

Partager cet article

Repost0

LA FIANCÉE DU GEL (russie) 4ème et dernière partie

Publié le par Patricia Gaillard

LA FIANCÉE DU GEL  (russie)  4ème et dernière partie
(version de Patricia Gaillard)

Le gel a disparu, sa blancheur tout entière est montée en tournoyant vers le ciel en une longue volute argentée. Anna reste seule et regarde l'aube rosée se poser sur toute chose. Le gel a laissé derrière lui un givre très fin, qui scintille, neuf, dans cette lumière neuve. Anna est charmée par cette vision, bien sûr le gel est reparti, mais elle se sent riche, infiniment, de l'avoir rencontré.

On entend au loin des crissements de sabots dans la neige gelée, Vladimir sur sa cariole vient voir ce que devient sa fille. Il est frappé par la beauté du paysage, il n'a jamais vu givre plus beau que celui-là. Le voilà devant le chêne, Anna est assise, enrobée d'un manteau de fourrure blanche, d'un châle de laine mousseuse, immaculée, et d'un turban de plumes de cygne. Elle est souriante, elle a les joues roses, elle semble n'avoir pas souffert du froid. Quel étonnement et quelle joie pour Vladimir. Il n'avait jamais remarqué que sa fille était si belle. On charge le coffre, comme il est lourd soudain, on s'assied et hop, on avance au milieu de cet incroyable paysage.

Macha est de mauvaise humeur, elle bourre le poêle, nerveuse, Vladimir avait-il vraiment besoin de rechercher Anna ? Et voilà qu'elle l'entends arriver, par la fenêtre elle peut voir qu'Anna est avec lui. Elle frappe violemment le mur avec un morceau de bois, qui éclate dans la cuisine. Vladimir et Anna rentrent dans l'isba. Le père pose le coffre sur le sol. Du couvercle émane une étrange lumière bleutée. Macha ouvre le coffre, découvre les présents du gel, avance sa main avide et les empoigne, mais ses mains gèlent et tombent sur le sol.
Anna quittera la maison de Vladimir et de Macha. Elle s'en ira sur les chemins du monde, visitera le royaume de cuivre, le royaume d'argent et le royaume d'or, ces royaumes qui se dévoilent à ceux qui ont la merveilleuse simplicité de voir les esprits de la nature et leur grâce évanescente...

 

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>