Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le jardin du 1er Juillet

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 1er Juillet

Autour du petit domaine il y a des prés, des bois et des champs. On voit les épis d’avoine trembler gracieusement au vent, comme des grappes de fines clochettes sur de longues tiges raides. Les barbes pointues de l'orge lui donnent un air de balai de paille, tête en l'air, sous le soleil ardent qui sèche ses épis. La chaleur des journées diffuse les parfums. Quant aux nuits, elles répandent une agréable fraîcheur qui s'humidifie vers l'aube, pour terminer en perles d'eau irisées sur les pâtures d'herbes tendres. L'été est là, avec son cortège de fleurs, d'épis, de graminées dorées au bord des près, d'hirondelles virevoltantes. 

la gaillarde conteuse...

Le jardin du 30 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 30 Juin

Par ici les gens ont des habitudes séculaires, des recettes de derrière les fagots que, pour certaines, on ne trouve pas ailleurs. Les cerises à l’eau-de-vie sont connues partout, eh bien ici la recette est originale et un peu curieuse, en tout cas délicieuse… je vous la confie :
Dans un pot de conserve de taille confortable, mettez vos cerises avec un morceau de queue de 2 ou 3 cm. Remplissez votre bocal de ces cerises jusqu’en haut, en tassant un peu. Puis versez par-dessus un verre de « goutte », c’est-à-dire d’eau de vie et un verre de sucre. Fermez bien le pot avec son couvercle et - c’est là que ça se distingue – posez votre bocal dehors, sur un rebord de fenêtre, et oubliez-le ainsi, au soleil, à la pluie, au vent, à la chaleur durant deux mois. Le jus des cerises va lentement sortir, la goutte va entrer dans les cerises, qui vont légèrement se ratatiner et tout cela va devenir une petite gourmandise, sucrée et raisonnablement alcoolisée, qui accompagne parfaitement le bon café des dimanches en famille. Vous pourrez même, à Noël, les prendre par leur queue et les tremper dans du chocolat fondu puis les déposer dans des petites cassolettes. Un must. 
Je ne donne pas très souvent des recettes « potagères » et pour cause. Vous êtes nombreux à visiter ce blog et si le parfum de ces merveilles vous attiraient jusqu’à ma porte, je ne pourrais vous nourrir tous ! 

La gaillarde conteuse…

Le jardin du 29 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 29 Juin

Juin resplendit des joyaux des fruits rouges. Les généreuses fraises mara des bois donnent durant toute la belle saison. Il reste quelques griottes, si mûres qu’elles sont confites par le soleil et presque sucrées. Et puis les premières mûres et quatre framboises pour compléter le tableau de ce goûter du jour, récompense des jardiniers. 
Puis il a plu, d’un coup, comme une grosse douche jaillissant d’un pommeau d’arrosoir. Une fraîcheur inattendue est tombée en même temps. Juin est un mois qui sait surprendre. Il peut y faire trop chaud, il peut y faire frais aussi. Un peu capricieux peut-être, mais si vert, si fécond, qu’on lui pardonne très volontiers ses humeurs. C’est lui qui entame l’été, c’est une responsabilité tout de même. Si pour certains été rime avec plages, parasols et gobelets avec paille, ici il rime avec herbe douce, ombre des arbres et rivière d’eau fraiche. À chacun son bonheur d’été ! 

la gaillarde conteuse…

Le jardin du 28 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 28 Juin

Le jardinier souffle un peu. Appuyé sur le manche de la binette, il essuie de son mouchoir la sueur de son front. Notre chat à trois couleurs vient se frotter à ses jambes puis s’en va se rouler, en ronronnant, sur la terre fraîchement travaillée. Le jardinier l’observe et grommelle tout en souriant. Il se dit qu’être chat est une très bonne affaire. Celui-ci profite du domaine, sans mettre le moins du monde la main à la pâte. Au mieux s’occupe-t-il des quelques loirs qui commettent l’imprudence de s’installer dans le grenier. Mais peut-on qualifier cette chasse de travail ? Le plaisir qu’il y prend est plus grand que l’effort. Le jardinier se met à lui parler : « Sur cette terre tu n’as pas la pire part, mon cher, ta pitance est assurée, ton repos tout autant, ta mémoire fragile ne retient pas tes peines, tu n’espères rien dont tu n’as pas besoin, la mort t’attend aussi, mais tu ne le sais pas. Décidément, je ne suis pas aussi sage que toi... » 
Mais le chat, qui baille, reste parfaitement indifférent à cette haute philosophie jardinière et dominicale. Il lèche soigneusement, avec ce même geste mille fois répété, ses longs poils blancs, noirs et orange…

La gaillarde conteuse…

 

Le jardin du 27 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 27 Juin

Le bruit des mouches c’est le bruit de l’été
Quand le soleil chauffe, que tout fleurit, mûrit, embaume
Et les rend folles

Les roseaux comme des gardes anglais
Ont des chapeaux de velours longs et immobiles
Faites-leur des grimaces comme il vous plaît
Ils ne bougeront pas d’un cil

Un petit insecte au corps de moire
S’est posé sur ma main qui écrit
Il avance, trébuchant sur ma peau
Et m’observe de ses yeux ronds et noirs 
Qui sont deux graines de pavot

Et le jardinier à genoux sous le chapeau de paille sème, sur une ligne creusée d’un doigt, des graines de salade

un souffle de poésie sur la terre à histoires...

la gaillarde conteuse

Le jardin du 26 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 26 Juin

Ce matin le temps est gris, doux, paisible. Les abeilles œuvrent dans le sapin, les tourterelles se répondent d’un arbre à l’autre, un merle y mêle son chant fort et mélodieux. J’aime la paix particulière qui précède la pluie et le parfum de la brise qui porte déjà l’humidité. Le soleil est absent ? Oh que non, il est tombé dans une des serres du potager, dans l’or chaud d’une tomate jaune, la première tomate de l’été. 
Elle sera cueillie, admirée, considérée, remerciée, cuisinée, avant d’être dégustée. 
Cultiver un potager c’est connaître sa nourriture. C’est l’avoir vue naître, pousser, grandir, s’être soucié de son bien-être, de sa survie, lui avoir donné les soins, l’attention, afin qu’à son tour elle nous en donne. Le potager est le lieu de l’échange, je te donne, tu me donnes, je te mange, tu me manges.
Ce midi nous te mangeons, belle tomate, car jusque là tu t’es nourrie du travail attentionné du jardinier. Une pointe d’ail pressé, un filet d’huile d’olive, une tombée de vinaigre balsamique, une pincée de sel bleu de Perse. Oh la la ! mais que la vie est belle…

À demain

La gaillarde conteuse…

Le jardin du 25 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

Récolte de fèves...

Récolte de fèves...

Le jardin du 25 Juin

Il va nous falloir parler des fèves, sujet édifiant.
Semées fin mars, sur deux lignes de 4m, elles font très vite des pousses spectaculaires, puis des feuilles pointues, épaisses. Les pucerons noirs les adorent, donc de temps en temps une petite douche d’eau au savon noir. Les gousses arrivent en mai, charnues, vertes, prometteuses. 
Puis elles grossissent, grossissent, s’allongent, s’allongent… 

Aujourd’hui je les ai cueillies, écossées, blanchies puis épluchées. Voyez sur la photo le gros tas de cosses, le tas moyen des peaux et le tout petit tas de fèves. Et toute la récolte y est ! 
Conclusion : si vous avez beaucoup de temps, une grande patience et un petit appétit, semez des fèves ! 
Mais quand même c’est bon, c’est très fin et si joliment vert. En salade avec de l’ail, de la ciboulette et de l’huile d’olive, un vrai régal. Heu… mon époux n’aime pas.
Des fèves ? 
À vous de voir ;-)

À demain ! 

La gaillarde conteuse….
 

 

Le jardin du 24 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

l’esprit des arbres d’ici
Celui qui veille la faune et de la flore du lieu
Celui qui vous accueille en musique
Celui qui garde le seuil et la terre

Tout jardin est habité, mais dans celui d’une conteuse certaines présences sont représentées, elles portent des visages, comme dans les récits fabuleux qui naissent dans l’imaginaire des hommes. Y a-t-il plus fécond que l’imaginaire ? Sans imaginaire l’horizon resterait à sa place sans élargissement possible vers le rêve. Sans imaginaire l’invisible demeurerait à jamais dans son coffre, tel un trésor caché au monde. Sans imaginaire, tant de rencontres et de découvertes seraient impossibles aux humains que nous sommes

à demain !

la gaillarde conteuse...

Le jardin du 23 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 23 juin

Si vous pouviez entendre ce vrombissement dans le grand sapin tout le jour ! Ce sont les abeilles qui butinent comme des folles...

Depuis près de 30 ans une colonie d’abeilles vit dans un des murs de notre maison, ces murs ont 60 cm d’épaisseur de pierres, jointes au pisé, qui est aisé à creuser et à aménager pour des abeilles.  Comme le potager est entièrement biologique -  Monsanto n’a pas sa place ici – et que de nombreuses plantes mellifères poussent ça et là, elles trouvent de quoi satisfaire leurs besoins. Elles ont tout le domaine pour y travailler, elles font leur miel dans le mur et probablement s’en nourrissent. 
Il y a deux ans des frelons asiatiques sont arrivés, sans que nous ne les voyions au début. Quand nous les avons enfin remarqués, ils terminaient de décimer la colonie entière. Nous étions très attristés. Une de nos voisines, dans le haut du village, place des pièges à frelons asiatiques aux bonnes périodes et depuis nous n’en avons plus vus. Dans le mur de pierre, une nouvelle colonie d’abeilles s’est installée cette année, au moins de mai. Nous  sommes très heureux de les accueillir ici. On voit qu’elles sont nouvelles, elles n’ont pas les mêmes habitudes que les autres et elles ne sont pas physiquement identiques. Si les anciennes étaient petites, poilues et vives, celles-ci sont un peu plus grandes, moins poilues, plus posées. C’est tellement agréable de les revoir butiner de partout, se régaler de chaque petite fleur qui s’ouvre avec cette façon qu’elles ont de fouiller les pollens. Puis de s’envoler en zigzaguant, comme enivrées. Au temps où les abeilles sont menacées, il faut protéger à tout prix celles qui s’installent près de nous, les accueillir et savoir semer et planter en songeant à leurs besoins, autant qu’aux nôtres. 
C’est un honneur pour un jardin et pour des jardiniers d’abriter des abeilles.

À demain !

La gaillarde conteuse…

Le jardin du 22 Juin

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 22 juin

Le figuier a aimé ce printemps, il a développé des feuilles nombreuses, larges et subtilement parfumées. Vishnou serait né dans un figuier et se serait nourri de ses fruits. 
Cet arbre est symbole de générosité et de désir de vivre et de survivre. Si vous vous installez dans son ombre odorante il vous inspirera l’intelligence et la volonté d’accomplir vos tâches terrestres.
Il me rappelle l’histoire de cet homme qui vit dans une toute petite cabane, près d’un figuier. Cet homme, chaque nuit, rêve qu’il quitte sa maison, qu’il traverse son pays, puis la mer, pour arriver dans une contrée lointaine jusqu’au pied d’un pont, où il creuse et découvre un trésor. Chaque nuit il rêve et chaque nuit le rêve est le même. Un jour il se décide, met des souliers, quelques figues dans un sac et s’en va suivre son rêve pour de bon. Il arrive un jour au pied du fameux pont et voit là, couché, un mendiant déguenillé qui le regarde avec ses yeux entrouverts et lui dit 
-    « Que veux-tu étranger ?
-    Creuser là où tu te trouves, car là est un trésor, je le rêve chaque nuit et je suis venu de loin pour le chercher. 
-    Pauvre fou dit l’autre, un rêve est un rêve, rien de plus. Moi que tu vois là, je rêve chaque nuit que dans une contrée lointaine je trouve un trésor à l’ombre d’un figuier près d’une petite cabane. Ai-je pour autant pris ce rêve au sérieux et suis-je parti à sa recherche ? Crois moi les rêves ne sont que des rêves rien de plus. »
Puis le mendiant simplement se tourne et se rendort…
Notre homme s’en revient chez lui, ôte ses souliers, pose son sac et creuse aussitôt sous son figuier où il découvre un trésor…
Je vous laisse à vos conclusions, elles vous appartiennent, les contes sont là pour les réveiller.
Que la douce pluie de ce matin vous bénisse, visiteurs, et fasse germer dans vos esprits d’heureuses pensées 

À demain

La gaillarde conteuse

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 30 > >>