Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le jardin du 23 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 23 Novembre

 

Brrr… Voilà qu’arrive le vrai froid, celui qui dépose au matin une rosée cristallisée sur les buissons et l’herbe, celui qui fait cette vapeur sur l’eau, celui qui nous fait remonter nos cols et enfoncer un bonnet sur nos têtes. Le froid, quoi. Et nos pauvres tomates, persévérantes, qui tentent malgré tout de mûrir dans les serres. Elles sont courageuses, mais n’ont plus aucune chance à présent d’y réussir. Le jardinier les a cueillies toutes ce matin, celles qui sont colorées et celles qui ne le sont pas encore. Il les a entreposées dans la grange non chauffée et ne les mettra que demain dans la maison. Je les trierai et toutes celles qui sont vertes seront soigneusement posées l’une à côté de l’autre, sur une feuille de journal sur le bout de la table de la cuisine qui est tout près du radiateur. Nous faisons ainsi chaque année. Les tomates mûrissent tranquillement de cette manière et nous offrent encore salades et coulis jusqu’au milieu du mois de Décembre. Cette année nous allons faire pour la première fois la même expérience avec ces poivrons, deviendront-ils jaunes et rouges, comme le veut leur nature ? Nous verrons cela, je vous dirai.

Vive le jardin et sa légendaire générosité

Vive le jardinier et sa légendaire ingéniosité

 

la gaillarde conteuse

 

Le jardin du 21 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


Aujourd’hui quel paysage magique. Une brume irréelle enrobe tout d’un voile gracieux et la terre gelée dort encore. Tout est silence, temps arrêté. Pourtant le vent s’agite, il est le seul. Non, il y a aussi les oiseaux, qui se bousculent sur la tablette des graines. L’étang est nimbé d’une vapeur légère car son eau est plus tiède que l’air. Pour moi qui aime tant les paysages du nord, tout est bien. Et sur l’écran argenté de mon imaginaire, je crois qu’un poisson d’or vient de glisser tout près de la rive, pour me rappeler ce conte que je vais vous dire....

Peau de fée

 

Cette histoire étrange s’est passée dans un village qui s’appelait… j’ai oublié son nom, mais ça n’a pas d’importance, de toute façon il n’existe plus. C’est vous dire que ça fait longtemps. C’était au temps où l’on croyait aux fées. C’était au temps où la nuit, assis tout au bord de la mer, le derrière moulé dans le sable tiède, si on avait le cœur simple, on pouvait parfois voir des sirènes, avec leur peau si blanche, luisante sous les rayons de lune, la queue un peu turquoise dans les rides de l’eau… et leur chant, si particulier, irrésistible pour l’âme d’un homme.

C’était au temps où l’on croyait aux fées.

L’une d’elles, plus discrète peut-être que les autres, en tout cas différente, avait fait sa demeure charnelle dans un poisson. Oh, minuscule poisson, mais précieux, plus encore qu’un bijou. Il était tout fait d’or, chaque écaille joliment ouvragée par le savoir d’un orfèvre qui n’est pas de ce monde. Cette fée ainsi parée de son petit habit d’or pouvait aller très près des côtes, dans cette frange d’écume, entre le sable et l’eau, pour voir de près un humain dont elle était terriblement éprise. Chaque fois qu’elle l’avait vu, elle repartait dans la vague, dans le sel, dans le bleu. Elle dansait, joyeuse, comme ferait une femme amoureuse !

Cet homme un jour de pêche ramena son  filet. Il était vide. Un filet vide, il n’avait jamais vu ça. Il n’y avait qu’un poisson et encore, minuscule ! Il le prit dans sa main et eut pitié de lui, il était si joli, avec ses écailles qui semblaient en or, il allait le remettre à l’eau. Mais son cœur se trouva singulièrement ému. Soudain, comme ouverte par une clef invisible, la peau dorée se fendit, se déroula, un peu comme font les couvercles de boîte de sardines vous savez, et une belle femme nue en sortit comme si c’était tout à fait naturel… elle ne connaissait pas nos manigances de femmes et c’est par hasard qu’elle lui glissa ses bras autour du cou. Elle sentait la vague, le sel, le bleu, il l’a embrassée. Et elle, elle trouvait ça aussi bon que le sel, que la vague, que le bleu, peut-être même meilleur !

Ils ont vécu ensemble.

Dans un coin de leur cabane il y avait un coffre et dedans, rangée, la peau du poisson d’or. Cette fée devenue femme avait demandé à son homme de ne jamais lui poser de questions et de ne jamais jeter cette peau de poisson. Elle avait demandé ça à un moment très doux. Il n’a pas discuté.

Certaines nuits elle se levait, prenait la peau, l’emportait sur la plage. Puis elle entrait dedans et elle filait dans la vague, dans le sel, dans le bleu. Son corps de femme était si bon à vivre, mais cette peau de poisson… c’était sa part fée, impalpable, mystérieuse, libre… !

Ces nuits où elle s’en allait, son homme entendait des glissements, des froissements, la porte qui grinçait et puis elle n’était plus là, près de lui.

Où allait-elle, avec qui, que faisait-elle ?

Et dans l’obscurité brune de la chambre tous ses doutes devenaient immenses et il ne pouvait plus dormir, ou alors un peu, vers l’aube, de fatigue trop grande…

Au matin pourtant chaque fois elle était de retour, souriante et si gracieuse.

Et lui ne pouvait rien demander…  « ne pose jamais de questions… »

Un de ces matins-là, elle était déjà dehors, pieds nus dans la rosée, quand il s’est réveillé. Elle tendait à ses chèvres des brassées d’herbes odorantes. Lui, debout dans la cabane, était encore tout prisonnier des tourments de sa nuit, invivable, impossible, terrible nuit. Alors il ouvrit grand le coffre, attrapa la peau d’or comme un chiffon pouilleux et la jeta au feu.

Des étincelles rouges en giclures de sang remplirent la cheminée…

Elle, dehors, poussa un grand cri comme quelqu’un qu’on tue ! Puis soudain tout son corps gracieux s’évapora en mille gouttelettes d’eau.
Elle repartit ainsi dans cette grotte lointaine où se tiennent les fées auxquelles on ne croit plus. C’est nos doutes, nos peurs, le noir de nos nuits blanches qui les tiennent éloignées.

 

Voilà ce qui arrive

Quand on ouvre le ventre

Des fées et des histoires

Et qu’on veut tout comprendre

Et qu’on veut tout savoir

Elles s’en vont…

Leurs bienfaits s’évaporent

Et c’est trop tard 


        Patricia Gaillard

Raconteuse d’histoires 

 

pour retrouver tous les textes d’Alexandrine de Césure, c’est par ici 

http://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/tous-les-dimanches-d-alexandrine-de-cesure.html

 

Le jardin du 20 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard

Le temps passe...


 

Le jardin du 20 Novembre

 

Le temps passe... l’automne est bien installé, avec tous ses chaleureux clichés. Décembre pose son ambiance, encore très discrètement, le temps que nous nous fassions à l’idée de son arrivée, nous qui croyons l’été à peine dépassé.
Les après-midi de soleil deviennent froides, les vents font des courants d’air qui nous font frissonner et le thé chaud, qui fumote dans la tasse, remplit nos maisons de parfums d’épices. Décembre n’est pas loin, même sans connaître les dates nous le sentirions. Car Décembre est un mois très particulier de l’année, il l’a toujours été. Et je peux vous dire que si vous aimez cette période pour ce qu’elle est vraiment, c’est à dire le tranquille retour de la nature vers la lumière, en compagnie de tous les esprits qui y sont associés, vous ne vous ennuierez pas ici. Car je compte bien vous entraîner, chaque jour de ce Décembre à venir, sur un chemin où symboles, traditions, récits, contes, croyances et autres prodiges, sauront enchanter à coup sûr votre attention.

Mais dix jours nous en séparent encore, car je commencerai le 30, c’est le jour où tout commence...

——————————-

Au jardin le jardinier a couvert de feuilles tous les légumes racines. Le froid n’a qu’à bien se tenir. Les fleurs, dont certaines courageuses étaient encore belles il y a deux jours, ont lâché prise. Seuls les chrysanthèmes - que même la mort n’arrive pas à impressionner - ont grande allure. Ils ne savent pas que leur beauté ne durera pas et y mettent toute leur énergie. Contemplons-les avec reconnaissance, d’autant que leurs teintes, qui accompagnent celles des quelques dernières feuilles accrochées aux branches, posent les ultimes couleurs du tableau de Novembre.

 

Couvrez-vous...

 

la gaillarde conteuse


 

Légumes-racines dans leur manteau de feuilles

 

Pour retrouver les textes d’Alexandrine de Césure, c’est par ici http://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/tous-les-dimanches-d-alexandrine-de-cesure.html

Le jardin du 19 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


À l'enterrement d'une feuille morte
Deux escargots s'en vont 
Ils ont la coquille noire
Du crêpe autour des cornes
Ils s'en vont dans le noir
Un très beau soir d'automne
Hélas quand ils arrivent 
C'est déjà le printemps 
Les feuilles qui étaient mortes 
Sont toutes ressuscitées
Et les deux escargots 
Sont très désappointés 
Mais voilà le soleil 
Le soleil qui leur dit 
Prenez prenez la peine 
La peine de vous asseoir 
Prenez un verre de bière
Si le coeur vous en dit 
Prenez si ça vous plaît 
L'autocar pour Paris
Il partira ce soir
Vous verrez du pays 
Mais ne prenez pas le deuil 
C'est moi qui vous le dit 
Ça noircit le blanc de l'oeil 
Et puis ça enlaidit 
Les histoires de cercueils 
C'est triste et pas joli 
Reprenez vos couleurs
Les couleurs de la vie 
Alors toutes les bêtes 
Les arbres et les plantes 
Se mettent à chanter 
À chanter à tue-tête 
La vraie chanson vivante
La chanson de l'été 
Et tout le monde de boire 
Tout le monde de trinquer 
C'est un très joli soir 
Un joli soir d'été
Et les deux escargots 
S'en retournent chez eux 
Ils s'en vont très émus 
Ils s'en vont très heureux 
Comme ils ont beaucoup bu 
Ils titubent un petit peu 
Mais là-haut dans le ciel 
La Lune veille sur eux.

Jacques Prévert ("Paroles"

 

si vous voulez retrouver tous les textes d’Alexandrine de Césure, c’est par ici 

http://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/tous-les-dimanches-d-alexandrine-de-cesure.html

Le jardin du 18 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 18 Novembre

 

Le matin, quand je me lève, un de mes plus grands plaisirs est d’écouter caqueter les poules de mon voisin. Cette musique de campagne m’enchante. Nous n’avons pas de poules. Mais il y a un animal que j’aimerais bien avoir, c’est un âne. Mais mon jardinier résiste de toutes ses forces, disant que j’en ai déjà un... ;-)

Tout ceci me rappelle une anecdote jurassienne que j’ai eu bien du plaisir à consigner dans mes contes du Jura. La voici. 
 

L’ACADEMIE DES ÂNES

 

Au moyen-âge le village de Pretin (Jura) avait une spécialité : les gens y élevaient des ânes pour fournir les sauniers de Salins qui les utilisaient pour transporter le sel. Ce marché rapportait aux gens de Pretin un peu d’argent qui les aidait à payer les impôts que les moines de Château-Salins leur réclamaient. Mais un jour, le temps des impôts arriva à sa fin - du moins ces impôts-là, car pour d’autres, nous y sommes bien encore. 
 Les moines, tout soudain appauvris, cherchèrent une solution de remplacement.  L’âne était devenu par ici une image florissante. Autant utiliser sa face pour une farce pleine d’esprit et qui mettrait dans leurs écuelles de quoi subsister. Ils décidèrent de créer « l’académie des ânes ». Chacun, sans distinction, de la région ou d’ailleurs, pouvait devenir membre et être du même coup un Académicien. Le titre était flatteur. Mais il fallait se soumettre à un examen de passage. Celui qui réussissait les épreuves, offrait un bon repas à tous les académiciens, durant lequel on lui posait sur la tête un chapeau en peau de chèvre, garni de deux oreilles et qu’on lui demandait, pour honorer sa nouvelle fonction, de braire et de se rouler par terre trois fois ! Celui qui ratait l’épreuve, devait payer son échec, mais il pouvait le faire sous la forme de viandes ou de vin. Tous ces amusements nourrissaient convenablement nos moines, car il paraît que les candidats étaient très nombreux ! Au tout début du XXè siècle, l’académie, qui ne comptait plus d’ânes, s’éteignit. Mais bien longtemps encore, on disait ici d’un sot : « En voilà un qui s’est fait graduer à Pretin !» 

Les idées originales servent longtemps

Vous voyez bien

 

la gaillarde conteuse

 

si vous voulez retrouver tous les textes d’Alexandrine de Césure, c’est par ici

http://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/tous-les-dimanches-d-alexandrine-de-cesure.html

 

 

Le jardin du 17 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 17 Novembre

 

En début d’après-midi, comme il faisait un grand soleil, j’ai planté des bulbes de printemps dans des bacs en bois. Notre terre est très argileuse et les très nombreux bulbes que nous y avons plantés au fil des années ont très vite disparu. Nous nous sommes bien évidemment lassés et, quand le printemps arrive ici on ne voit survivre que quelques fleurs éparses. J’ai donc décidé de garnir des bacs de terreau léger et d’y mettre des crocus, des anémones, des tulipes (courtes et qui font plusieurs fleurs par bulbe) et des narcisses (qui font plusieurs fleurs par bulbe aussi) j’espère obtenir ainsi, au printemps prochain, un joli coin de fleurs.

Bien sûr le printemps semble loin... mais pour un jardinier chaque saison se trouve dans le ventre de la précédente, ainsi l’hiver portent-il en lui le printemps.
Et pendant que la jardinière plantait ses bulbes, le jardinier plantait des caïeux d’ail blanc et des échalotes dans une des serres, pour en avoir des tout neufs au printemps !

Mais après cela, sachez que le goûter fut très gourmand, puisque c’était la recette que je vous ai donnée hier... nous en avons dégusté une tranche... deux... trois... si, si, mais fines !

Du bonheur

moi j’dis !

 

la gaillarde conteuse

Le jardin du 16 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 16 Novembre

 

Les courges butternut et les potimarons reposent tranquillement dans la grange pour l’hiver. L’atmosphère fraîche et un peu obscure du lieu leur convient fort bien et certains se conserveront parfaitement jusqu’au printemps. Ces cucurbitacées sont précieuses, car elles peuvent entrer dans la composition de tant de plats salés ou sucrés. En soupes, en gratins, en purées, en salade, en tartes et même en gâteaux. Vous trouverez des centaines de recettes en cherchant un peu sur internet, mais je vais vous donner aujourd’hui celle d’un cake que nous trouvons fameux. Il est loin des gâteaux de nos cuisines, où beurre et sucre se taillent la part belle et rendent ces gourmandises trop riches pour être dégustées souvent. Sortez votre gourmandise de sa bouderie, déstressez votre cholestérol, car voici de quoi les contenter en toute bonne conscience.

 

MARBRÉ CHOCOLAT-BUTTERNUT

200 g de purée de courge Butternut – 60 g d’huile d’olive – 100 g de noisette en poudre – 2 cc de cannelle ou autre mélange d’épices – 90 g de sucre complet – 175 g de farine – 3 cc de poudre à lever – 60 g de chocolat noir (à 70% c’est idéal) – 2 oeufs

Mélanger la purée avec les œufs et l’huile. Rajouter le sucre, les épices, la poudre de noisette, la farine, la poudre à lever et une pincée de sel. Mélanger pour obtenir une pâte homogène. Faire fondre le chocolat au bain marie. Dans un moule à cake huilé, verser 2/3 de la pâte. Dans le 1/3 restant, rajouter le chocolat, mélanger et verser dans le moule. Enfourner pour 45 min à 180°C.

 

Sachez que le goût de l’huile d’olive ne se détecte pas dans un gâteau. Vous pouvez bien sûr improviser, remplacer la farine de blé par une autre, les noisettes par des amandes ou des noix... les possibilités sont nombreuses !
Amusez-vous

Bon appétit !

 

la gaillarde conteuse

Le jardin du 14 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 14 Novembre

 

Ce matin nous avons la visite d’une chenille, qui n’est autre que le futur Machaon, appelé aussi Grand porte-queue, papillon courant des jardins. Celui-ci pond ses œufs isolément, ce qui explique la nature solitaire de cette chenille. Elle demeure à proximité de la plate-bande des carottes, dont elle grignote les fanes, sans faire d’importants dégâts étant donné qu’elle est seule. Chez nous elle est heureuse et elle survit aisément car nous ne traitons rien au potager. Quand arrivera pour elle le moment de la nymphose, elle s’attachera à une tige avec une espèce de ceinture soyeuse qu’elle tissera soigneusement autour d’elle. Un travail long et difficile. Puis elle deviendra lentement chrysalide et ressemblera alors à un joli et délicat lampion pointu de papier japonais, vert ou marron. Contrairement à d’autres chrysalides, elle ne sera pas pendue tête en bas mais restera ceinturée ainsi à la tige choisie, jusqu’à l’instant d’en sortir... papillon.

 

La chrysalide n’est-elle pas symbole de nos limitations dont il faut un jour s’extraire pour s’envoler...

Je me plais à regarder ainsi cette très belle chenille sur ce fond de mousses éclatantes

 

la gaillarde conteuse

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>