Voyage au creux d’un arbre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Voyage au creux de l’arbre

 

 

De tout ce que je peux observer dans la nature, ce qui me touche et me plaît le plus, sont les pieds des troncs d’arbres, où la mousse et le lierre encadrent une ouverture qui semble une porte. Cette image me parle et m’attire, comme un lieu familier. Si je prends alors le temps de m’y relier et d’en respirer l’odeur, sans inviter le mental dans cette démarche, je sens que je rétrécis, comme l’Alice du conte. Je pénètre alors par la petite porte, je croise là quelques insectes soudains grands, je n’en ai aucune peur, car ici c’est autre chose. Et puis voici l’esprit de l’arbre. Il me reçoit, me fait asseoir sur une sorte de pouf végétal et il me tend, dans un gobelet de bois de rose, un mélange de sève et de  rosée. Puis il raconte… Et j’entends tant de choses que j’ignore. Je suis loin alors des pensées tissées comme une toile enserrant la terre, mais proche de l’or éternel de l’origine. Ces rencontres sont pour moi un repos. Elles me relient à tout le vivant et me rappellent qu’il vibre d’un même chant et que celui-ci retourne sans cesse au sacré dont il est né. À mon retour je vois à nouveau à quel point je suis soeur de l’animal, du végétal, du minéral, de l’eau, de l’air et de toutes les étoiles. Ces vérités qui ensuite se diluent dans la vague des jours et qui se régénèrent lors de chacun de mes voyages.


Ces voyages que j’aime

je vous souhaite les mêmes

 

la gaillarde conteuse 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :