Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au jardin, le 15 Octobre

Publié le par Patricia Gaillard


Au jardin, le 15 Octobre

 

Le petit domaine glisse doucement dans sa nouvelle saison. Bien sûr il y a encore quelques tomates dans les serres et un courageux melon, gros comme une balle de ping-pong, a fait tout ce qu’il a pu pour mûrir, le pauvre, mais il fait 1° ce matin. Il pourrait juste être un melon de dînette, en compagnie d’une minuscule aubergine et de trois petits poivrons. Si l’une de mes petites filles était là, ils auraient un sacré succès ! 
Par contre tous les légumes racines, qui vont passer l’hiver sous une tiède couche de feuilles sèches, sont en bonne forme. Ainsi navets, carottes, céleris, betteraves rouges, persil tubéreux, radis noirs, et toutes leurs fanes luxuriantes, sont très beaux.
Je cisèle la ciboulette et la remise au congélateur. Je vais faire sécher une partie du persil. Sous cette forme il conserve la majeure partie de ses vitamines et de ses vertus. Un trésor. 

Pendant ce temps mon cher jardinier tond ici, tond là, il tond même le pré du voisin, pour couvrir d’herbe les parties nues de son potager. Dans la nature une terre n’est jamais nue et la permaculture s’en inspire.

 

Quelle vie dans une terre couverte et quelle tiédeur ! 

 

Quant à nous, couvrons-nous aussi, car l’automne, ce matin, se précise

 

la gaillarde conteuse

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Le retour du 12 Octobre

Publié le par Patricia Gaillard


Le retour du 12 Octobre

 

Déjà le 12 octobre… mazette, qui l’eût cru ! Je vous ai abandonnés au silence brumeux de la saison. Rompre avec le rythme, la routine, l’habitude, réveille l’inspiration. Mais vous m’avez manqué, sachez-le et je reviens à vous ravie.

Brrrrr, les nuits ont fraîchi ! La brume du matin tombe tard et finit par ruisseler dans l’herbe. Mais le soleil qui suit est joli et nous fait plaisir.
Dans notre soupe de ce soir il y aura de la courge Butternut, c’est un indéniable signe automnal ! Pour peu que nous y glissions quelques morceaux de châtaigne et Octobre sautera, joyeux, dans l’assiette. Le bougre sait nous séduire, avec ses couleurs, ses coins d’âtres, ses crépuscules soudains précoces et ses chrysanthèmes. Il y a quelque chose de tranquille en Octobre, quelque chose de doux, quelque chose de sage, comme l’âge…

À tout bientôt

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Lumière du soir

Publié le par Patricia Gaillard


Lumière du soir

 

Hier il a plu tout le jour, sans intimider cependant le brasier du couchant.

Aujourd’hui il faut cueillir les tomates dans les serres et récolter roquette, laitue et cresson pour une salade merveilleuse. Les radis noirs sont impressionnants, les carottes, le persil tubéreux, les betteraves rouges aussi, c’est une année de racines ! Il n’y a que les céleris-raves qui soient plus timides et, étrangement, leurs feuilles sont devenues rouge-bordeaux, du jamais vu. Je vous montrerai cela demain. Les courges butternut vont rejoindre les potirons, déjà remisés à la grange sur une palette. Les soupes de l’hiver sont assurées. Les potirons sont une base qui, mêlée au poireau, ou au céleri-branche, ou à la pomme de terre, aux châtaignes aussi, permettent des improvisations intéressantes et vitaminées. Nous avons acquis il y a peu un four-vapeur. Eh bien cet achat est infiniment judicieux.

 

Déjà octobre, c’est le plein automne, qu’il soit doux à vos cœurs

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 27 Septembre

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 27 Septembre

 

La paix du jardin est la paix de l’éden

Parfumé de mélisse, de thym et de verveine

Les arbres en fleurs, en fruits ou nus après l’automne

Sont de réels amis par tout ce qu’ils nous donnent

Nous croyons veiller sur ce jardin précieux

Mais n’est-ce pas lui qui veille sur nous deux

Par tout ce qui se passe en lui durant le jour

Et puis durant les nuits bleutées de lune ronde

Tant que nous serons dans ce ventre d’amour

Nous vivrons dans le cycle sacré du monde

 

la gaillarde conteuse et son bon jardinier !

 

 

Partager cet article
Repost0

Le bouquet du Dimanche 26 Septembre

Publié le par Patricia Gaillard


Le bouquet du Dimanche 26 Septembre

 

Cette très petite variété de zinnia, semée pour la première fois au jardin cette année, est lumineuse. Toujours autour du jaune clair ou vif, et d’un orange sombre presque caramel, elle arrive à varier son aspect, entre pétales pointus, ronds, ovales, cœur plat ou bombé, hérissé de nombreuses étamines. Cette petite fleur charmante est créative, comme le sont d’ailleurs tous les zinnias, qui semblent parfois inventer de nouvelles teintes. Et puis ils sont les vedettes de septembre, avec les œillets d’Inde toujours pimpants. Car plus loin les tournesols sont en graines, les dahlias peinent un peu et les cosmos sont de plus en plus graciles, fragiles…

 

Voici donc, pour votre Dimanche, ce joli bouquet de zinnias mignons

 

Même s’il pleut chez vous, comme ici, qu’importe, voici de la lumière !

 

La gaillarde conteuse

 

Partager cet article
Repost0

Saison de plumes

Publié le par Patricia Gaillard


Saison de plumes

 

Depuis quelques jours l’ambiance autour de nous semble être de plumes, plumes d’oiseaux, fascinantes plumes, si légères, dont le dessin est d’une rare finesse. Symbole de légèreté, d’envol, de douceur, la plume est à ceux qui se font messagers entre ciel et terre. Les oiseaux, les anges, ceux qui rêvent avec leur plume, ceux qui sont légers comme une plume et même ceux qui se font plumer. Et puis ce fameux édredon de plumes que la bonne Dame Holle secoue par sa fenêtre afin qu’il neige sur la terre. 

Voyez la petite plume du geai, striée de noir et de bleu et qui ressemble à un trésor.
Une de mes petites-filles me l’a offerte.

C’est donc bien un trésor.


N’oublions pas d’être légers, car la vie est plus légère qu’on ne croit

 

Chacun devrait pouvoir dire ce que dit Alexis Jenni

« Je ne sais pas quel oiseau est ta main, mais elle se pose avec la légèreté d’un petit être vêtu d’un halo de plumes »

 

Prenez ce jour léger, pour vous…

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Le bouquet du Dimanche 19 Septembre

Publié le par Patricia Gaillard


Un Dimanche simple…

 

La beauté réside souvent dans des choses simples, ainsi ce bouquet discret, composé de trois campanules et d’un cyclamen. La simplicité est reposante.

 

Il faut que je vous parle ab-so-lu-ment du gâteau au chocolat qui pose près du bouquet ! Tout à fait étonnant. Car voyez-vous il est fait à base de courgette et celui qui devinera qu’il en contient n’est pas encore né !
Une merveille, je vous le dis tout net. 
Voici  donc la recette…

 

200 gr de courgette râpée (grille fine) (j’ai même laissé la peau)

200 gr de chocolat noir (dans l’idéal à 70 %)

100 gr de sucre (complet pour ma part)

80 gr de farine

50 gr de beurre

50 gr de poudre d’amande

3 œufs

Un sachet de levure

 

Faire fondre le chocolat avec le beurre et laisser tiédir ce mélange. Puis battre les trois œufs avec le sucre choisi, y ajouter le mélange chocolat-beurre, puis la poudre d’amande, la farine, la levure et la courgette râpée. Bien mélanger (sans trop insister, une pâte à gâteau trop remuée fait un gâteau desséché)

Il sera parfait, cuit une trentaine de minutes dans un four à 180 °

 

Bon Dimanche à vous !

 

la gaillarde conteuse

 

 

Partager cet article
Repost0

Au jardin, le 17 Septembre

Publié le par Patricia Gaillard

Au jardin, le 17 Septembre

 

Ce matin mon cher jardinier m’a appelée car il a découvert une chose surprenante (j’aime quand se déroulent ici des choses surprenantes)

Au beau milieu de l’allée de gravier qui mène à la boîte aux lettres, à l’arrière de notre maison, une troupe de minuscules cyclamens a élu domicile. Tous les autres sont un peu plus loin, sous le feuillage accueillant des plantes vivaces, car ils aiment l’obscurité humide. Ce groupe de sept (mon cher chiffre-clef) s’épanouit tranquillement, coupé pourtant de ses besoins de base.

Splendide exemple, qui devrait nous servir, à nous qui sommes si peu souples aux changements.

Leur nom, cyclamen, nous vient d’un mot grec signifiant cercle ou couronne 

Ces petits cyclamens, si subtilement rosés, sont donc nos maîtres du jour…

 

Que votre journée en soit teintée

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Au jardin, le 15 Septembre

Publié le par Patricia Gaillard

Au jardin, le 15 Septembre

 

Les plantes grimpantes entreraient volontiers dans la maison. Ces belles courantes, enveloppantes, couvrantes, s’insinuent dans les moindres recoins et plis de la demeure. Ce n’est qu’à leur grâce qu’elles doivent ainsi le droit d’envahir comme elles veulent. Ou presque.

Les plantes grimpantes donnent du charme aux maisons et tout mur de pierres se doit d’abriter au moins une vigne vierge ou un lierre. Ils vont si bien ensemble…

 

Voici la pluie. Nous avons apprécié le temps sec des derniers temps. Pouvoir circuler sans terre collée sous des sabots trempés est tellement agréable !

Oui mais voilà, il pleut. Il pleut et ce matin la terre pousse un long soupir d’aise et chaque plante, ruisselante, se délecte. Un gros pigeon ramier se balade sous le trio de bouleaux et picore leurs nombreuses petites graines plates que le vent a fait tomber. J’observe sa lourde démarche, le mouvement saccadé de son cou gris et ce petit œil rond, brillant, gentil.

 

Beau jour de pluie !

 

La gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Le bouquet du Dimanche 12 Septembre

Publié le par Patricia Gaillard


Le bouquet du Dimanche 12 Septembre

 

Chers lectrices, Cher lecteurs, voici vos fleurs de ce jour.
Les fleurs de Septembre sont si lumineuses que l’absence du soleil certains jours passerait quasiment inaperçue. La fraîcheur des nuits et la rosée abondante leur font vraiment belle mine. Les dahlias sont au sommet de leur beauté en ce moment et les zinnias voient leurs couleurs ravivées. J’ai mêlé aussi dans cet ensemble une branche de physalis, dont les lanternes semblent des origamis de papier orange. Serions-nous vraiment étonnés de les voir s’allumer dans la nuit pour éclairer l’insecte diurne, à la carapace de métal bleu, qui est en retard et se presse pour rentrer avant la nuit… le pauvre n’a pas l’œil du chat et il s’affole !

 

Je vous ai apporté des fleurs, grand Jacques, pas des bonbons

Oui, je sais bien que les fleurs sont périssables, vous l’avez dit, 

Mais vos bonbons, je suis désolée de vous le dire

Jamais ne vaudront les fleurs !

 

Bon Dimanche…

 

la gaillarde conteuse

 

 

 

Partager cet article
Repost0