Articles récents

Liste complète

Derniers Commentaires

Mardi 22 avril 2014 2 22 /04 /Avr /2014 14:58

Que tous ceux qui sont allés ces derniers temps consulter les pages ci-contre qui présentent mes diverses séances m'excusent, car je viens de remarquer que, depuis la dernière configuration de mon blog à fond rouge, j'avais oublié que l'écriture de ces pages était rouge aussi !!

 

Houla, écriture rouge sur fond rouge, ce n'est pas bien lisible.

 

ça y est, l'écriture est blanche et le tout parfaitement lisible, visible, consultable...

 

Merci de votre sollicitude

 


Par Patricia Gaillard
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 14:33

Être conteuse, c'est avant tout fréquenter les esprits de la nature. Avant de s'asseoir pour raconter, de travailler ses histoires, de s'inquiéter d'être engagée par des festivals ou des bibliothèques, il faut passer du temps avec les esprits des sources, des arbres, des oiseaux, des rochers, être poreuse à leur langage, communier avec tout ce qu'ils sont.

Être conteuse, c'est emprunter le plus souvent possible la petite porte invisible qui ouvre vers cette dimension non-ordinaire et cependant étonnamment cohérente.

Être conteuse, c'est sembler être toujours ailleurs mais être en réalité plus ici que la plupart des êtres, ou du moins d'une autre manière...

Si ces mots vous font sourire, allez vous promener dans un bout de nature, même minuscule, mais prenez soin de laisser votre raison dans votre demeure. N'y emportez que votre coeur et cette chair qui nous caractérise, ils savent bien plus de choses que n'en sait la raison.

 

Les esprits alors accepteront sûrement de converser avec vous et vous reviendrez lavé de beaucoup de choses. 

 

Essayez.

Vous me direz...

 

IMG 1242

 

 

 

Par Patricia Gaillard - Publié dans : réflexions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 21 mars 2014 5 21 /03 /Mars /2014 16:29

Cette année semble être pour moi une année de changement. J'accepte ce changement car les choses, très souvent, n'arrivent pas sans raisons et que de recevoir le neuf avec grâce agrandit l'horizon de l'existence. De plus en plus on me sollicite pour diriger des ateliers où se rendent ceux qui désirent apprendre à conter, pour diverses raisons.

Il y a quelques années, j'avais été séduite par cette réponse d'un musicien, interrogé à France Musique sur les raisons pour lesquelles il n'enseignait pas :  "Car j'ai un élève qui me prend tout mon temps, c'est moi-même". D'abord j'y ai adhéré, trouvant ces mots magnifiques.

Oui, mais après réflexion, qu'en est-il de ce que l'on peut transmettre à ceux qui cherchent ? De toutes ces façons de faire que l'on a découvertes peu à peu et qui peuvent éclairer le cheminement d'autrui ? Celui-là y cueillera ce qui lui ressemble et laissera le reste. Et tant mieux.

Quand on livre ses secrets de conteuse, on fait comme l'aïeule qui glisse dans l'oreille la recette du fabuleux gâteau qui régale depuis cent ans au moins les gourmands de la famille !

Quel sens a une recette que l'on garde pour soi ?

J'accepte donc, et avec plaisir et honneur cette nouvelle fonction qui me vient presque d'elle-même.

je vais même carrément plus loin : je donne des cours particuliers. Et je fais bien. Car ma surprise est grande de constater les progrès incroyables que peut faire l'apprenti quand on se penche exclusivement, avec bienveillance et exigence, sur son travail. On le rencontre, on le connait de mieux en mieux, on voit ses forces cachées à mettre au jour, sa créativité timide qui sommeille depuis longtemps, tout comme sommeille la Belle Endormie de l'histoire...

 

J'ai dans ma poche un trousseau de clefs qui ouvrent vers les rêves humains.

Je les donne à qui les désire ardemment. 


IMG_1767.JPG

Par Patricia Gaillard
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 5 février 2014 3 05 /02 /Fév /2014 16:58

Noir et rouge, ces deux couleurs me transcendent.

Mais le rouge doit être grenat, profond, pas vermillon, trop vif, trop éclatant.

Est-ce leur présence forte dans les contes ?

Est-ce parce qu'ils se magnifient l'un l'autre ?

Peut-être un petit côté Chaperon Rouge... ?

Parfois je fréquente le vert, le violet, mais n'y demeure guère.

Toujours le noir et le rouge me rappellent, ils deviennent peu à peu évidences...

Savez vous à quel point les couleurs nous sont proches et reflètent comme un miroir les couleurs de nos âmes ? Ainsi portons-nous dans le dehors, l'ambiance intime du dedans.

 

À méditer, chers visiteurs...

À vos couleurs !


Par Patricia Gaillard
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Samedi 11 janvier 2014 6 11 /01 /Jan /2014 14:32

 

LE CONTE MERVEILLEUX, UN CHEMIN VERS SOI

 

Depuis soixante ans je vis dans la forêt des contes. Notre vie commune, passionnante, m'a laissé quelques clefs.

J'ai de plus en plus de bonheur à en faire usage et à conduire autrui dans ces voyages chamaniques que sont les contes merveilleux.

Je propose à ce sujet plusieurs types d'ateliers pour répondre aux demandes qui me sont faites.

 

Vous trouverez sur ce site des rubriques concernant ces ateliers.

 

Au plaisir de vous recevoir peut-être au sein de ces moments qui allient, dans l'intemporalité idéale du conte, une grande modernité et un archaïque procédé, pour un chemin vers Soi.

Par Patricia Gaillard
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 31 décembre 2013 2 31 /12 /Déc /2013 11:47

 

BONNE ANNÉE

À TOUS

 

SDC11482


Par Patricia Gaillard
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 19 décembre 2013 4 19 /12 /Déc /2013 10:07

Chercheurs de rêves qui passez ici, laissez moi vous inviter dans cette chanson de Julos Beaucarne "Joie de vivre"

N'est elle pas le plus simple et le plus beau cadeau pour passer de la fin d'un temps à un autre

Qu'elle nous tienne chaud et nous rappelle l'essentiel de nos vies

je vous embrasse...

 

Merci Julos

 

suivez ce lien...   link

 

 

Par Patricia Gaillard
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Jeudi 12 décembre 2013 4 12 /12 /Déc /2013 16:05

 

Voyez ce paysage d'hiver, ce soleil blanc de fin de journée sur le petit étang. Même le meilleur technicien ne réussirait pas une si belle lumière. On s'y installerait bien un peu, non ? Et tout en laissant lentement tomber la nuit, on se raconterait des histoires russes, de gel, de neige, de dentelles de givre, de traîneaux à clochettes, de pelisse d'ours, d'isbas rougeâtres, de poêle de fonte noire où les flammes pointues et jaunes jailliraient par le petit trou du couvercle rond. 


SDC11475


Gageons que nous y verrions les bottes rouges de Vassilissa-la-sage, l'envol d'or de l'oiseau de feu, les pas crissants de la Baba Yaga, courbée sous un châle rouge couvert de fleurs.Vieille fée-sorcière des rêves de la forêt russe.

Puis nous nous glisserions dans ma demeure chaude, nous prendrions un verre de thé de Noël, et quelques pains d'épices rapportés de mon Alsace native...

 

Je sens que vous êtes tentés... !!

 


Par Patricia Gaillard
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés