Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonnes Années !

Publié le par Patricia Gaillard

photo P.Gaillard

Avant de nous pencher sur l'année qui vient, considérons un instant celles qui sont derrière nous. Ces milliers de jours durant lesquels nous avons eu l'honneur de faire l'expérience de la vie, sur une terre qui n'est pas autre chose qu'un miracle. Avoir vécu cette incroyable aventure de l'humain est fabuleux. Ne râlons pas, ne désespérons pas, ne nous décourageons pas, mais remercions et voyons comme cette expérience de la vie est, envers et contre toute difficulté, un cadeau.
Un merveilleux cadeau.

Je nous souhaite une année de prise de conscience véritable
Une année de retrouvailles fraternelles avec tout le vivant de la planète et de l'univers
dont chacun de nous est un petit mais si subtil échantillon !

Bonne Année à vous

et maintenant, dansons !

Mesdames, enfilez vos robes de lierres et de mousses, je vous emmène danser dans les clairières

Partager cet article
Repost0

L'OR ET LE FER

Publié le par Patricia Gaillard

photo P.Gaillard

L’or un jour s’en alla par le monde. Il marchait depuis longtemps quand il entendit, non loin de la route, des plaintes et des soupirs. Il s’approcha et découvrit une forge dans laquelle un forgeron frappait du fer chauffé à blanc. Le fer gémissait sous les coups et sa souffrance était sans fin.
« Pourquoi te lamentes-tu ainsi, demanda l’or au fer, tous les métaux sont frappés ! Même moi, qui suis si précieux et que les gens recherchent si ardemment, on me bat tout comme toi !
- Comment peux-tu comparer nos destins, soupira amèrement le fer, je suis certes un métal comme toi mais il y a une différence entre nous. Ce n’est pas l’or mais le fer qui te frappe et souffrir à cause d’un étranger est chose courante. Mais moi, c’est mon propre frère qui me bat et aucune douleur ne peut se comparer à celle-là.

Léo Pavlat – Contes Juifs

à bientôt !

la gaillarde conteuse...

Partager cet article
Repost0

POUR QUOI FAIRE ?

Publié le par Patricia Gaillard

photo P.Gaillard

Un PDG en vacances est assis sur une plage. Il voit arriver un homme noir qui tient à la main un poisson magnifique.
« Tu devrais en pêcher d’autres…
- Pour quoi faire ?
- Tu gagnerais de l’argent
- Pour quoi faire ?
- Pour te payer un bateau
- Pour quoi faire ?
- Pour pouvoir aller au large, et pêcher plus de poissons
- Pour quoi faire ?
- Pour les vendre et gagner beaucoup d’argent
- Pour quoi faire ?
- Car alors tu seras riche et tu pourras partir en vacances
- Pour quoi faire ?
- Pour te reposer et dormir
- Mais c’est présentement ce que je vais faire… »

L’Abbé Pierre

à bientôt

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

LA CEINTURE D'OR

Publié le par Patricia Gaillard

photo P.Gaillard

Deux hommes, qui s’étaient rencontrés sur la route, marchaient vers Salamis, la cité des colonnes.
Ils arrivèrent à une rivière sans aucun pont. Ils se dirent :
« Nageons, après tout la rivière n’est pas si large. »
Et ils se jetèrent dans l’eau et nagèrent…
L’un d’eux, qui connaissait les rivières et nageait bien, commença à perdre ses forces et à être emporté par les courants rapides. L’autre, qui n’avait jamais nagé auparavant, traversa d’une traite et passa à l’autre berge. Puis, voyant l’autre qui dérivait, il sauta et le ramena. Celui-ci lui dit :
« Mais, tu m’avais dit que tu ne savais pas nager ! Comment as-tu traversé avec une si belle assurance ?
- Mon ami, vois-tu la ceinture que je porte ? Elle est pleine de pièces d’or que j’ai gagnées pour ma femme et mes enfants. Une année entière de travail. C’est le poids de cette ceinture d’or qui m’a porté à travers la rivière, vers ma femme et vers mes enfants. Et ma femme et mes enfants étaient sur mes épaules quand je nageais. »
Et les deux hommes marchèrent ensemble vers Salamis
.
Khalil Gibran – L’Errant

à bientôt !

la gaillarde conteuse...

Partager cet article
Repost0

UN NOËL DU COEUR

Publié le par Patricia Gaillard

photo P.Gaillard

Nous voici presque au 24 Décembre, à la veille de Noël.
Je voudrais vous souhaiter un Noël du coeur, qui ne soit pas celui des cadeaux, ni des milliers de leds clignotants, ni des festins sans fin. Ça, c'est ce que Noël est devenu, au fil du temps, insidieusement.
Je voudrais vous souhaiter un Noël simple, simplement familial, simplement amical, simplement chaleureux.

Ma mère était née en 1912. Quand j'étais petite, chaque Noël immanquablement, elle me racontait la traditionnelle orange de sa jeunesse, rare et fascinant présent de Noël soigneusement enveloppé dans un fin papier d'aluminium. En ce temps-là ce n'était pas un fruit courant, on n'en voyait pas le restant  de l'année. Cette orange était donc un merveilleux symbole de Noël, un merveilleux cadeau.
"Et son parfum..." - disait ma mère, les yeux fermés pour y retourner - "un parfum comme aucun autre, un parfum unique ! Et son goût... sucré, juteux, un goût unique ! Et comme elle était belle, cette boule argentée qui brillait et renfermait le trésor."
En me disant cela elle y était car elle avait fait, en quelques secondes, quarante ou cinquante ans de chemin pour retourner au charme de l'instant. Et lorsqu'elle ouvrait à nouveau ses yeux, ils étaient jeunes, clairs, émerveillés. 

Notre vie sur cette terre, tout comme cette orange, est un rare et fascinant présent
Recevons-la comme les enfants recevaient l'orange des vieux Noëls
Savourons-la et retrouvons nos yeux jeunes, clairs, émerveillés

Je vous souhaite de tout mon coeur un Noël du coeur

Patricia
La gaillarde conteuse...

 

Partager cet article
Repost0

LE MAÎTRE DES OISEAUX

Publié le par Patricia Gaillard

- "Pourquoi t"appelle-t-on le maître des oiseaux ?
- Tout d'abord je ne suis pas le maître des oiseaux, mais leur serviteur. Si tu les sers et sais écouter leur chant, un jour tu comprendras leurs secrets, car ils ont beaucoup de secrets à te communiquer... "


Abdel Saadi

à bientôt

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

LES FRÈRES DU ROI

Publié le par Patricia Gaillard

Un roi se promenait un jour dans les ruelles d'une ville. Un mendiant s'approcha et lui demanda l'aumône. Le roi ne lui donna rien.
"Sire, dit le mendiant, tu oublies que nous n'avons tous qu'un père, que nous sommes tous frères et que nous devons partager."
À ces mots le roi s'arrêta et dit :
"C'est la vérité, nous sommes tous frères et notre devoir est de partager.
Et il donna au mendiant une pièce d'or.
"Tu ne m'as pas donné grand-chose, est-ce vraiment comme cela que l'on partage entre frères ? Un partage ça se fait par moitié, tu possèdes un million de pièces et tu m'en donnes une !"
Le roi répondit :
"Que j'ai un million de pièces est vrai. Je ne t'en ai donné qu'une, c'est vrai. Mais c'est que je possède autant de frères que de pièces d'or..."

(récits populaires - Léon Tolstoï)

à bientôt

la gaillarde conteuse...

(ci-dessous, une jolie chanson d'hiver que je vous invite à écouter)

chanson d'hiver... STING

Partager cet article
Repost0

LE VILLAGE DE PIERRES

Publié le par Patricia Gaillard

Un sage, passant sur sa mule, voit un enfant qui construit sur le chemin un village avec des pierres. Il dit à l'enfant :
"Eh bien, tu ne veux pas me laisser passer ?
- Je n'y peux rien, tu vois bien que je construis une ville et ce n'est pas aux murs de la ville de s'écarter pour laisser passer quelqu'un, c'est à toi de longer les murs de la ville."
Le sage, bien étonné de cette réponse, descend de sa mule et vient près de l'enfant.
"Tu me sembles avoir une intelligence peu commune pour un enfant de ton âge.
- À l'âge de sept jours le lièvre court et saute dans le bois, pourquoi ne saurais-je pas quelques petites choses à l'âge de sept ans ?"
Le sage sourit...
"Je voudrais te poser quelques questions et si tu y réponds je croirai en effet que tu as des connaissances.
- Me voilà prêt !
- Quel feu est sans fumée ? Quelle eau est sans poisson ? Quelle montagne est sans pierres ? Sur quel arbre ne pousse aucune branche ?"
L'enfant réfléchit...
"Le feu du ver luisant est sans fumée, l'eau de source est sans poisson, la dune de sable est sans pierres et de l'arbre pourri ne pousse aucune branche..."
La sage écoute admirativement les réponses de l'enfant. Mais, avant qu'il ne place un mot  l'enfant, les yeux brillants, lui dit :
"Puis-je moi aussi te poser quelques questions ?
- Vas-y...
- Mais à une condition, si tu ne trouves pas les réponses, tu contourneras les murs de mon village.
- Me voilà prêt !
- Combien y a-t-il d'étoiles dans le ciel ?
- Ce n'est pas juste, tu m'interroges sur des choses bien trop éloignées de nous ! Pose-moi une question sur des choses très proches et je te répondrai.
- Alors dis-moi combien il y a de poils dans tes sourcils"
La sage se met à rire, l'enfant s'est montré bien plus fin que lui, il monte sur sa mule et longe les murs du village de pierres...

à bientôt !

la gaillarde conteuse...

 

Partager cet article
Repost0

LE VIZIR ABDOUL

Publié le par Patricia Gaillard

Illustration tirée de l'ouvrage "Légendes de la Perse ancienne" Gründ

LE VIZIR ABDOUL

Le roi de Perse avait comme ministre un homme juste, le vizir Abdoul.
Un jour le vizir traversa la ville à cheval pour se rendre chez le roi. Le peuple était prêt à se révolter. Dès que la foule le reconnut, elle arrêta le cheval du vizir et le menaça de mort si celui-ci tentait de résister. Un homme alla même jusqu’à porter la main sur lui et lui tirer la barbe. La foule l’ayant ensuite laissé passer, le vizir arriva chez le roi et lui demanda d’avoir pitié du peuple et de ne pas punir le coupable de l’injure qui lui avait été faite.
Le lendemain matin un boutiquier se présenta chez le vizir.
« Je suis venu dénoncer l’homme qui t’a offensé hier, je le connais c’est mon voisin, son nom est Nahim, fais-le venir, châtie-le. »
Abdoul congédia le boutiquier et envoya chercher Nahim.
Nahim devina qu’il avait été trahi, il arriva plus mort que vif chez le vizir et se jeta à ses pieds.
Abdoul le releva et lui dit :
« Si je t’ai fait convier chez moi ce n’est pas pour te punir, mais seulement pour te dire que tu as un mauvais voisin. C’est lui qui t’a dénoncé, méfie-toi de lui et que Dieu t’accompagne. »

Rapporté par Léon Tolstoï

à bientôt !

la gaillarde conteuse...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0