Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soyons oiseaux 1

Publié le par Patricia Gaillard

Photo SYLVIE GAILLARD

Allez, fermons un peu le bec à ces milliers d’informations. Je vous propose ici, quelques temps, de nous envoler et de rejoindre les oiseaux. Ah, un peu de légèreté, de discrétion et de beauté ! ça va nous faire du bien... 


Soyons oiseaux 1

Sur la branche se tient un oiseau

Petit gardien de l’hiver

Il tient son rouge bien haut

Ses yeux noirs bien ouverts

Le vent le froid la neige

Glissent sur son ventre beige

 

S’il parlait il nous dirait

N’ayez pas toujours peur

Vivez, chantez, dansez

Oubliez le malheur

Faites comme moi

Croyez-vous que je ne vois pas

Le faucon et le chat

Qui me guettent

Et qui un matin peut-être

Feront voler partout mes fines plumettes ?

 

Même si je suis petit et pauvre

Ma vie pèse le même poids que la vôtre...

 

Allez, tenez haut votre rouge

Vos yeux noirs bien ouverts

N’attendez pas que rien ne bouge

Et même si vous volez de travers

Ouvrez vos ailes et venez rejoindre les oiseaux !

 

la gaillarde, conteuse d’oiseaux

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 20 Janvier

Publié le par Patricia Gaillard


Quelle splendide lumière ce matin au-dessus des prés. La neige, tombée il y a trois jours sur dix centimètres d’épaisseur, a quasiment fondu. Son poids a fait s’effondrer une des serres, la plus fragile, il y a de la réparation dans l’air...

 

Chaque matin nous posons leur provende aux oiseaux, ceux-ci sont bien moins nombreux ces dernières années et ne forment plus ces grandes bandes pressées, dans un bruyant pépiement, attendant leur tour dans l’arbre proche.

Plus encore que le scientifique, celui qui a un jardin et qui sait observer, mesure l’indifférence de beaucoup d’humains envers leur terre. Sur ce sujet nous parlons bien trop et nous agissons bien trop peu, cependant c’est la terre qui demeurera.

Vous aurez remarqué que je n’aborde jamais ces sujets, car cela ne ferait que des mots inutiles de plus.

Ici je voudrais vous inviter à contempler cette terre, à honorer sa force et sa beauté, à vivre avec elle et à vivre d’elle.

 

La simplicité seule relie l’homme à la terre

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Nous voici dans la forêt de l’année neuve...

Publié le par Patricia Gaillard

Marchant près d’un vieux moulin, nous avons découvert ce blaireau mort sur un petit pont désaffecté. Nous avons pu l’observer et voir comme cet animal est joli. Je ne l’imaginais pas si gros. 

il a neigé au début de la semaine. Les flocons tombaient si doucement, si légèrement. Êtes-vous frappés aussi par la quiétude qui se dégage d’un paysage enneigé ? La neige est un enchantement pour l’âme, pour qui elle est un miroir. 

Dommage pour nos yeux, le lendemain la pluie avait remplacé la neige et depuis un couvercle vaporeux et gris nous cache le ciel. Il est bon d’accueillir tous les temps, comme d’accueillir toutes nos humeurs, car la vie est sans cesse mouvante. 

Cette fois nous avons pénétré pour de bon dans l’année neuve, comme dans une forêt inconnue. Qu’allons-nous y trouver ? Qui allons-nous y croiser ? Surprise...
Pas d’inquiétude, car l’inquiétude est mauvaise conseillère et dévore notre énergie. 
Confiance est plus intéressante, elle attire de bonnes choses. 
Je vous souhaite beaucoup de confiance

Au jardin, navets, carottes, persils tubéreux, betteraves, et même un pied courageux de branches de céleri, dorment sous la couette de feuilles. Ils nous font de très bonnes soupes du soir, accompagnées du pain au levain de notre précieux boulanger et de tomme basque de brebis ou de comté de notre Jura ... hors de question, ici, de se morfondre !
En dessert,  nos pommes en gros dés, revenues dans un peu d’huile de noix de coco, avec une poignée de raisins secs, le tout compoté une vingtaine de minutes à feu extrêmement doux. Surtout pas de sucre, car le plat ainsi, est parfait. 
 

je vous dis à bientôt, car vous parler me manque vite !

la gaillarde conteuse 
 


 

Partager cet article
Repost0

L’an neuf

Publié le par Patricia Gaillard

L’AN NEUF !

Chères visiteuses, chers visiteurs, 

j’ai eu grand plaisir toute l’année passée à venir quotidiennement sur ce blog vous parler des milles choses qui me passionnent. Mais je suis actuellement penchée sur plusieurs travaux d’écriture, auxquels je veux accorder plus de temps, mes interventions ici seront donc un peu plus espacées. Mais, plus rares, elles n’en seront pas moins chargées des merveilles que je cueille dans l’existence et que j’aime à partager. 
Que cet an tout neuf nous éclaire et nous guide !
je vous embrasse
Patricia, la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Les trois mages terminent leur mission

Publié le par Patricia Gaillard

Les trois mages terminent leur mission

 

Plus que des rois, ces trois hommes sont des mages, c’est à dire des savants venus d’un lointain Orient, probablement la Perse (l’actuel Iran) où de nombreux savants pratiquaient l’astronomie, qui en ce temps-là, mère de l’astrologie, était censée dessiner l’avenir des hommes. En vieux Perse, mage signifie homme de religion et de science. Les trois mages avaient vu dans l’étoile double (voire même triple) Spica, dans la constellation de la vierge, le signe qui annonçait un grand évènement. L’apparition d’une étoile ou d’une comète était alors un signe suffisamment rare pour que ces rois se soient mis en route. On les appelle rois, car les présents qu’ils ont apportés à l’enfant divin étaient très précieux et rares étaient ceux qui les possédaient. 
On dit que chaque nuit du 24 décembre, les trois mages sortent de leur tombeau, à Cologne, pour refaire chaque fois le voyage. 

Nous sommes demain le 6 Janvier et à cette date ces trois rois vont sacrifier à des rites qui valent bien la peine d’être dits. Nous dévorons avec bonheur des galettes qui désignent certains d’entre nous comme étant dignes de la couronne, mais savons-nous seulement les belles croyances qui dorment dans la succulente frangipane ?

Les voici...
 

Le premier, Melchior, est un noble vieillard à la longue barbe blanc de neige. Il tient dans sa main une poignée de poudre d’or (métal précieux et pur, symbole de royauté spirituelle) qu’il envoie dans les airs. Le vent s’en empare, la porte vers les cieux et voici les étoiles allumées pour l’année. Puis arrive Gaspard aux yeux bridés qui jette une poignée d’encens (résine utilisée pour purifier l’air, elle est symbole d’élévation vers les cieux) Elle devient nuage, brume et pluie bienfaisante que les champs recevront tous les mois à venir. Enfin, Balthazar, astrologue et devin à la peau sombre, jette une poignée de myrrhe (autre résine, utilisée pour embaumer les corps, elle annonce la mort tragique de Jésus.) La myrrhe qui se disperse partout sur le sol, rendra la terre fertile. 

Prélevées des trésors offerts à l’enfant divin, ces trois poignées miraculeuses sont données aux hommes. À présent, les étoiles sont rallumées, les terres fertilisées, les temps placés. Pour finir, les esprits bienfaisants reprennent leur ronde protectrice.

Vous pouvez à présent reprendre vos rouets, déposés le 25 Décembre, car maintenant la roue de l’univers s’est remise à tourner et ce, pour toute une année ! Merveille

 

la gaillarde conteuse

je vous conseille cette vidéo courte et claire sur l’étoile des mages
https://youtu.be/miQyldG7laQ

Partager cet article
Repost0