Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soyons oiseaux

Publié le par Patricia Gaillard

Dessin de Vizetelly - Pixabay


Soyons oiseaux

 

Je suis le faisan. Voyez les couleurs de mon plumage, j’en suis très fier, mais cependant je regrette qu’elles se voient si bien car elles m’exposent aux coups des chasseurs. Ceux-la d’ailleurs ne sont pas très justes, car ils cherchent nombre d’entre nous dans des élevages, nous lâchent ensuite dans la nature où bien sûr nous sommes tout à fait perdus et devenons alors des proies faciles. C’est lâche non ?

Moi, par chance, je leur ai échappé jusqu’ici, pourvu que ça dure…

 

Tiens, près de ce petit étang charmant, il y a des grains de blé… Une aubaine !

 

Venez, cher faisan, installez-vous tranquillement, dans le petit domaine vous ne craindrez pas.

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Les Lundis sages

Publié le par Patricia Gaillard

Image Pixabay


Les Lundis sages

 

Les Dimanches un bouquet,

les Lundis une histoire de sagesse,

pour bien commencer la semaine 😊

 

Un homme, très sérieux, très droit, très pieux, rêvait depuis longtemps de rencontrer l’être le plus sage de la terre, pour prendre conseil auprès de lui et ainsi progresser.

Un jour, à force de chercher, il le trouve. On trouve toujours ce qu’on ne cesse de chercher.

Alors il se prépare, se lave, s’habille, médite, puis s’en va trouver ce maître.

Arrivé devant lui, il pose un genou à terre et s’incline.

Le maître lui demande :

– mon ami, es-tu riche ?

– Je suis riche. Mais tu sais je vis comme un pauvre et chaque jour je ne me nourris que de quelques pommes de terre bouillies.

– Eh bien à partir d’aujourd’hui tu mangeras les mets que ta fortune te permet de manger, car si toi qui vis dans l’abondance tu te contentes de pommes de terre, tu croiras que le pauvre, lui, peut se contenter de pierres. 

 

Lève-toi, va et sois juste

 

la gaillarde conteuse

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Votre bouquet du Dimanche 16 Janvier

Publié le par Patricia Gaillard

Photo P.Gaillard


Votre bouquet du Dimanche 16 Janvier

 

Comment résister, ce Dimanche matin, au plaisir d’aller flâner dans le jardin givré. Un soleil blanc traverse par endroits le brouillard épais et fait scintiller tout ce qu’il touche, comme un orfèvre céleste qui sèmerait des poignées de diamants minuscules. J’ai l’impression de déambuler dans le décor d’un ballet russe et serais-je étonnée si je voyais soudain surgir de derrière les arbustes blanchis, des danseuses vêtues de légère mousseline immaculée et chaussées de fines ballerines de cuir souple et doux, bleu pâle, craquant à chaque pas sur l’herbe givrée.


Flânant et rêvant ainsi délicieusement, j’aperçois sur un tout petit toit, les fines fleurs glacées de la mousse. Voici donc que se présente de lui-même le bouquet de ce Dimanche, me dis-je…


Mais il me faut être honnête, aucune mousse ne fait de fleurs.

Eh non.

Ces tigettes élancées que vous voyez là sont des sporogones.

Qu’importe, le spectacle est trop joli pour le bouder !

 

Acceptez ce bouquet inattendu pour votre Dimanche…

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

On écrivait

Publié le par Patricia Gaillard

Image Pixabay

On écrivait…

 

Jadis on écrivait. On écrivait à un parent lointain, à un ami cher, à l’être aimé. On écrivait, car on était en Amérique, ou à Paris, ou à Casablanca. On écrivait car il n’y avait pas de téléphone et encore moins d’ordinateur. On écrivait car on avait des choses à dire, des mots d’amour, ou d’amitié. Les mots vont parfois plus loin, écrits, que dits. On écrivait pour exprimer sa pensée, avec des mots choisis, pesés. On écrivait pour raconter la vie, les histoires, les voyages, les rencontres. On écrivait pour parler de la guerre, des morts, du chagrin, de la peur. On écrivait pour rassurer, pour consoler, pour regretter. On écrivait pour envoyer un article de journal. On écrivait par plaisir, celui de choisir l’enveloppe, le papier, le stylo, l’encre et puis le timbre.


Quel beau courrier parfois on trouvait dans la boîte !

 

Et puis les boîtes, elles aussi, pas toutes pareilles, mais petites, carrées, rondes, en bois, en fer, en fonte, trapues, sur pied, colorées, longues, décorées, rigolotes ou sérieuses. Elles avaient le style de la maison, ou le style des propriétaires.

 

Parfois l’encre était violette, ou bien c’était le papier qui sentait la violette, la rose ou le muguet.

Tout était bon pour surprendre, pour charmer, pour faire plaisir.

 

Les cartes elles, évoquaient les fêtes. À Pâques les fleurs, les œufs, les lapins. À Noël les paysages givrés, le houx et le gui enrubannés de rouge, des bougies lumineuses dans des lanternes de fer noir, sur la neige.

 

Le courrier était un objet sentimental. On trouve encore dans les affaires de nos anciens, des enveloppes, des lettres, des cartes soigneusement conservées, où l’on peut encore voir cette écriture appliquée, patiemment apprise sur les bancs des écoles, avec le porte-plume et l’ingrate plume Sergent-Major qui grattait, crissait, tachait, si longue à apprivoiser par les doigts des enfants.

Cette écriture qui, une fois domptée, demeurait appliquée et gracieuse le reste de l’existence, avec de si belles majuscules ! 

 

La gaillarde conteuse

 

Partager cet article
Repost0

La blanche joie d’être

Publié le par Patricia Gaillard

Image Patricia G.


La blanche joie d’être

 

Sortir, se balader, rejoindre la nature, c’est sortir de la société, c’est s’en reposer.

Ici tout est autre, pas de discours, pas de débats, pas de mots.

Ici il n’y a de bruit que l’orage, le vent dans les branches, les cris et les chants, le martèlement du pic, les gouttes de la pluie, le crissement infiniment léger des flocons sur le sol.

Ici le monde est d’origine, éternel, inchangé, fidèle à sa nature.

Ici tout remplit gracieusement sa mission, sans pensées, sans doutes, sans choix, libre de tout cela, léger, joyeux. Oh, pas joyeux de cette joie qui fait pousser de grands rires, non, la blanche joie d’être, cette basique quiétude d’être.

Sortir, se balader, rejoindre la nature, c’est retrouver cela et c’est s’en souvenir, car c’est là que nous étions, avant de nous perdre…

 

la gaillarde conteuse

 

 

lien vers Hänsel et Gretel que je vous raconte en 5 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/je-vous-raconte-hansel-et-gretel.html

 

lien vers Dame Holle que je vous raconte en 4 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/dame-holle-1.html

 

Lien vers Le petit soldat de bois que je vous raconte en 2 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/le-petit-soldat-de-bois-1-1.html

 

Partager cet article
Repost0

Votre bouquet du Dimanche 9 Janvier

Publié le par Patricia Gaillard

Image Sylvie Gaillard


Votre bouquet du Dimanche 9 Janvier

 

Nécessité fait loi ! En janvier point de fleurs… sauf dans l’imagination de mes enfants.

Grands amateurs de Legos, comme beaucoup de gens de leur génération, il n’y a rien qu’ils ne puissent reproduire. De nos jours les expositions de constructions avec ces fameuses briques sont courantes et vraiment spectaculaires. Il y a même je crois une émission de télévision qui met en scène une sorte de concours Legos. C’est vous dire…

Nous voici donc sauvés, car je n’ai rien trouvé d’autre, si ce n’est, hier, une jolie primevère mauve dans un des jardins que nous longeons lors de nos marches matinales. Mais zut, je n’avais pas sur moi de quoi la photographier !

 

Voici votre bouquet. En plastique, inévitablement.

 

Accordez-moi vos excuses !

 

la gaillarde conteuse

 

 

lien vers Hänsel et Gretel que je vous raconte en 5 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/je-vous-raconte-hansel-et-gretel.html

 

lien vers Dame Holle que je vous raconte en 4 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/dame-holle-1.html

 

Lien vers Le petit soldat de bois que je vous raconte en 2 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/le-petit-soldat-de-bois-1-1.html

Partager cet article
Repost0

Du Temps

Publié le par Patricia Gaillard

Image Pixabay


Le temps d’Hiver

 

Ce matin un gel croustillant enrobait chaque brin d’herbe du pré voisin et le soleil annonçait haut et clair son arrivée, dans un ciel teinté d’orange rosé. Mais il crânait, le bougre, car il ne s’est jamais montré. Plus tard de légers flocons de neige sont tombés, mais cette neige n’a pas été plus tenace que le soleil. C’est une journée où la nature fait semblant. Après tout cette vieille mère a bien le droit de se distraire et de nous faire des farces. Elle est comme nous, c’est l’hiver, la terre dort et nous avons, comme elle, du temps…

Du temps, vous rendez-vous compte ? Le nouveau luxe de ce monde !

Moi j’aime bien l’hiver, il est pour moi saison d’écriture. J’ai plusieurs ouvrages sur le feu, qui mijotent tranquillement. Ainsi l’après-midi, après le repas partagé, mon cher jardinier et moi rejoignons chacun notre antre. Ces heures où je laisse libre court à mon imagination, qui bouillonne volontiers, sont des heures où je suis coupée du monde. J’en reviens cependant pleinement régénérée.

Être écrivaine, quelle passionnante et singulière chimie…

 

la gaillarde conteuse

 

 

lien vers Hänsel et Gretel que je vous raconte en 5 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/je-vous-raconte-hansel-et-gretel.html

 

lien vers Dame Holle que je vous raconte en 4 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/dame-holle-1.html

 

Lien vers Le petit soldat de bois que je vous raconte en 2 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/le-petit-soldat-de-bois-1-1.html

 

Partager cet article
Repost0

Hiver

Publié le par Patricia Gaillard

Image Pixabay


L’Hiver

 

Et nous voici devant Janvier et Février, deux enfants de l’Hiver. Autrefois, je me souviens bien, le froid de l’Hiver était dur lors de ces deux mois. En Alsace une température de  -15° ou -20 ° n’avait rien de surprenant. Les glaçons, le givre, la neige, les vents glacés demeurent encore en ma mémoire. Je me souviens surtout d’un Février étonnamment mouillé, où il pleuvait tant que tous les paysages étaient trempés. Mais soudain une nuit il a fait un froid très intense et le lendemain, chaque arbre, chaque branche, chaque feuille des arbres persistants, chaque brin d’herbe, chaque clôture, chaque gouttière, semblait enrobé d’une grosse couche de verre parfaitement transparent. Jamais nous n’avions vu un paysage d’une telle beauté, il aurait pu être le décor parfait d’un conte du grand Nord, d’un ballet russe ou d’un grand opéra. Nous ne nous lassions pas de contempler. C’était il y a bien trente ou trente-cinq ans. Inoubliable. Bien sûr au bout de quelques jours il y a eu un redoux, du soleil, de la douceur et tout ce « verre » a commencé à fondre, cassant arbres et branches par centaines. Durant toute une nuit, nous avons entendu leur sinistre fracas dans la forêt toute proche et sur nos petites routes, comme des amas de verre éclatant au sol.

La nature nous offre parfois de très étonnants spectacles

C’est une grande artiste

Et quelle imagination, quels décors, quelles splendeurs

Elle sait dérouler sous nos yeux !

 

la gaillarde conteuse

 

 

lien vers Hänsel et Gretel que je vous raconte en 5 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/je-vous-raconte-hansel-et-gretel.html

 

lien vers Dame Holle que je vous raconte en 4 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/dame-holle-1.html

 

Lien vers Le petit soldat de bois que je vous raconte en 2 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/le-petit-soldat-de-bois-1-1.html

Partager cet article
Repost0

Mon corbeau

Publié le par Patricia Gaillard

Image Patricia G.


Mon corbeau

 

Je voulais un corbeau. J’ai un faible pour les corbeaux. Ma fille, qui s’essaie à la sculpture, me demandait de choisir autre chose, elle n’osait s’attaquer au corbeau. Mais, moi qui ne suis pas toujours obstinée, je le restais pourtant, je voulais un corbeau. La veille de Noël j’ai trouvé mon corbeau, caché dans un papier de soie et couché dans un carton. Il a passé la nuit de Noël sur ma table de nuit. Je me suis réveillée une fois ou deux, j’ai senti sa présence. Il est vivant, mon corbeau. Les centaines d’heures que ma fille a passées, penchée sur lui, cherchant, creusant, lissant, rognant, hésitant, scrutant, craignant, l’ont rendu peu à peu magique. Un objet devient ce qu’on lui donne, ce qu’on y voit, ce qu’on y sent, ce qu’on y pose de soi.

Je voulais un corbeau

J’ai un faible pour les corbeaux

Merci ma fille pour mon corbeau

 

———————————————————

 

 

lien vers Hänsel et Gretel que je vous raconte en 5 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/je-vous-raconte-hansel-et-gretel.html

 

lien vers Dame Holle que je vous raconte en 4 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/dame-holle-1.html

 

Lien vers Le petit soldat de bois que je vous raconte en 2 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/le-petit-soldat-de-bois-1-1.html

Partager cet article
Repost0

Votre bouquet du Dimanche 2 Janvier

Publié le par Patricia Gaillard

Image Patricia G.


Votre bouquet du Dimanche 2 Janvier

 

J’ai songé longtemps à votre bouquet de ce jour. Pas simple de trouver des fleurs en Décembre.

Et pourtant hier matin, durant notre promenade, nous sommes passés devant la clôture d’une maison, d’où dépassaient gracieusement les branches courbées d’un Jasmin d’hiver. Les étoiles d’or de ses fleurettes coïncident avec le solstice d’hiver qu’elles symbolisent parfaitement en lumière. 
Un peu plus loin les baies très blanches de la
Symphorine, sur leurs tiges minces et longues, dépassaient d’une haie, comme autant de fines flèches.
Il paraissait évident que ces deux-là étaient faits pour s’entendre. 
Ensemble, le Jasmin et la Symphorine semblent évoquer les planètes rondes, les étoiles et la parfaite ordonnance de l’univers qui nous anime aussi. 

Voici donc pour vous le fruit d’un poétique et raisonnable maraudage !

 

la gaillarde conteuse

 

———————————————————————

 

lien vers Hänsel et Gretel que je vous raconte en 5 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/je-vous-raconte-hansel-et-gretel.html

 

lien vers Dame Holle que je vous raconte en 4 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/dame-holle-1.html

 

Lien vers Le petit soldat de bois que je vous raconte en 2 parties : https://www.patricia-gaillard-conteusesauvagedumerveilleux.com/2021/12/le-petit-soldat-de-bois-1-1.html

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>