Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le jardin du 30 Avril

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 30 Avril

 

Le petit chêne fait ses feuilles. Petites, brillantes, délicates, elles sont d’un vert tendre mêlé d’orange. La pluie qui tombe ce matin semble bien installée et elle va l’encourager. La nature sait ce qu’elle fait. En ce moment nous avons dans le petit domaine de jeunes écureuils. À tout moment du jour on peut les voir courant comme des fous sur les branches, ou montant et descendant mille fois de suite sur les troncs. Ils sont rigolos. Aujourd’hui je ne les ai pas encore vus, toute cette eau doit les surprendre. Le chat des voisins, un jeune et beau chat tigré aux yeux verts, passe ses journées ici. Entre les pies et les pigeons qui viennent grappiller des grains égarés, les écureuils qui se baladent partout et les grenouilles qui hissent leurs corps dodus sur les berges pour pousser leur coassante complainte, il a de quoi guetter et chasser !

Le bougre...

C’est la nature

Surtout ne nous en mêlons pas

Mais aujourd’hui il pleut trop et ils sont tous planqués !


Tout comme les jardiniers... 😄

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 29 Avril

Publié le par Patricia Gaillard


Le jardin du 29 Avril 
 

Avril se termine sous la pluie et c’est bien car

« la pluie d’avril est bonne fortune pour la terre »


Asseyez-vous un instant dans un fauteuil près d’une fenêtre, fermez vos yeux et écoutez la pluie. Sentez-vous cette lente et régulière tranquillité ? Sentez-vous ce calme communicatif de la pluie ? Sa mélodie monotone nous apaise et nous berce.
On apprécie d’être chez soi quand tout dégouline autour. Pourtant sortir la rejoindre ne manque pas de charme. Et songez à la terre qui déjà avait très soif. Elle savoure, se délecte, aspire goulûment cette eau du ciel. C’est le moment où tout le vert va gonfler, enfler, déborder, éblouir ! Puis, après quelques jours de ce rinçage, le printemps occupera toute sa place. 

 

Vive la pluie !

 

la gaillarde conteuse des jardins

 

Partager cet article
Repost0

Soyons oiseaux 7

Publié le par Patricia Gaillard

photo Sylvie Gaillard


Soyons oiseaux 7

 

Je suis un jeune héron. Je ne connais de l’existence que ce gros nid de branchages emmêlés. Mais ne vous fiez pas à son apparence austère, dans son milieu il est garni de fines brindilles, de mousses, de lichens et d’aiguilles de conifères parfumées. Lorsque j’étais œuf parmi mes frères - période dont je garde un bon souvenir - mon père nous couvait le jour et ma mère la nuit. Je sentais bien quand c’était l’un et quand c’était l’autre. Il se dégage d’eux des choses si différentes. Là ils sont partis ensemble quêter notre pitance. Mmmm je me réjouis. J’ai l’air sérieux comme ça, mais au moindre soufflet de vent quelques plumettes de mon crâne me donnent des airs de punk. Ça vous fait rire, hein. Punk, mais non il n’y a aucun risque, allez, nous les hérons avons un plan de vie précis que nous suivons docilement de bout en bout. Quand je vois comme vous avez du mal à gérer la liberté qui est la vôtre, je me dis que j’ai de la chance d’être né ici et pas chez vous. Je vais bosser dur, ça c’est sûr, mais moi je sais où je vais. C’est simple. C’est top.

Ah les parents arrivent, je vous laisse...

 

la gaillarde conteuse d’oiseaux

Partager cet article
Repost0

Le petit bois du 27 Avril

Publié le par Patricia Gaillard


Le petit bois du 27 Avril

 

Le matin nos pas nous emmènent souvent dans une forêt, à quelques 4 km de notre village. Plutôt que forêt je devrais dire bois, car les arbres y sont encore jeunes, il n’y a pas de vétérans. La lumière qui y pénètre en fait un lieu parfaitement clair-obscur, qui plaît aux pervenches. Celles-ci forment ici des tapis immenses, tissés d’innombrables feuilles pointues vert sombre, où pointent joyeusement leurs milliers de pousses tendrement vertes. Le muguet aussi a trouvé ici sa demeure, il déploie de larges feuilles, comme deux voiles superbes et ses brins sont hauts, bordés de grosses clochettes blanches bien ouvertes qui diffusent autour d’elles leur extraordinaire parfum. Quelques touffes de lamiers jaunes ajoutent dans ce tableau leur touche acidulée, en compagnie des dernières discrètes violettes... violette !
Dans une clairière une mare s’est formée, qui sort probablement - dit mon cher jardinier - d’une source dans le dessous. Cette masse d’eau apporte une humidité particulière qui inspire autour des troncs et des souches, des mousses rases qui ressemblent à du velours.

 

Un bois enchanteur, moi j’dis !

 

la gaillarde conteuse 

 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 26 Avril

Publié le par Patricia Gaillard


Le jardin du 26 Avril

 

Les plants de tomates sont beaux et ne vont pas tarder à rejoindre leur place définitive dans les différentes serres. Ah les tomates... durant la saison froide, nous consommons nos coulis-maison  et les petites tomates grappes que nous congelons en fin d’été pour les viandes au four de l’hiver, mais nous n’en achetons absolument jamais.

C’est vous dire que l’image d’une salade de tomates, parsemée de basilic, d’ail nouveau et d’huile d’olive demeure un fantasme durant des mois !

 

Une seule issue : la patience

Une qualité de jardinier !

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 25 Avril

Publié le par Patricia Gaillard


Le jardin du 25 Avril

 

Ça y est, mon cher jardinier vient de cueillir le premier chou, qui trône comme une grande rose verte sur la table de la cuisine. Commencer ce dimanche en sa compagnie est tellement agréable.

Une des particularités des légumes et des fruits du jardin, c’est qu’avant d’en entamer la préparation, on les admire, les contemple, on s’émerveille. Reconnaissez qu’il y a de quoi.

On s’émerveille car on assiste soudain à la pleine maturité d’une plante qui a été semée, qui a germé, qui a grandi sous nos regards quotidiens attentifs, en amitié. 
Ça tient du miracle vous savez, une graine minuscule qui devient un chou comme ça.


Un jardinier vit et œuvre dans le miracle de la vie

Ni plus ni moins

 

Bon Dimanche 

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 24 Avril

Publié le par Patricia Gaillard

Nous attendons les pousses des dahlias


Le jardin du 24 Avril

 

Pour la première fois nous avons décidé, à la fin de l’automne dernier, de ne pas sortir les pieds de dahlias pour les entreposer à la cave. C’est un gros travail et nous ne rajeunissons pas, il faut donc songer à simplifier pour avoir le bonheur de jardiner encore longtemps. Les dahlias sont donc sagement restés dans la terre, à leur place, protégés par une couche de paille. Nous avons procédé de la même façon avec les glaïeuls, également laissés en terre. Ceux-là ont déjà un peu partout poussé d’une bonne vingtaine de centimètres. L’avantage de cette pratique c’est que ces végétaux peuvent librement choisir le moment de leur germination. Une liberté. Par contre si d’aventure nous avions un hiver très froid, le risque serait grand de perdre certains d’entre eux, voire tous. Nous attendons actuellement avec un peu d’inquiétude les premières pousses des dahlias.

 

Acceptez ces jolies pensées pour vous accompagner le long de ce jour !

la gaillarde conteuse 

 

 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 23 Avril

Publié le par Patricia Gaillard


Le jardin du 23 Avril

 

Autour de l’étang les fleurettes sont chez elles. Mon cher jardinier ne tond pas ici, pour les laisser tranquilles. Quel charme ces bords de l’eau fleuris !

Et puis, entre l’étang et la rivière, tout près du frêne Yggdrasil et du petit chêne, deux rondins de bois font des sièges de contemplation. L’endroit est joli, il y a l’herbe, les fleurs, les mousses, les fougères, l’eau. Rien ne manque à ce tableau parfait. Un paradis en quelque sorte. C’est en tout cas un de mes endroits préférés. Et puis l’été, quand la chaleur se fera trop lourde, il fera bon aller là-bas, à l’ombre des arbres et dans la fidèle fraîcheur de l’eau. 

 

Aujourd’hui on sent que règne une nouvelle douceur...

Que le soir qui vient soit agréable à vos cœurs 

 

la gaillarde conteuse

 

 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 22 Avril

Publié le par Patricia Gaillard

Le jardin du 22 Avril

 

Les jeunes pousses des framboisiers sont toujours étonnantes par la vivacité de leur vert, mise en lumière par les rainures des feuilles pointues et les touches rose-orange des feuilles naissantes. Les pousses sont drues, abondantes, sans défauts, un pur délice pour le regard.

Savez-vous que les longueurs d’ondes qu’émettent les couleurs sont sources de vibrations et que celles-ci ont une influence sur nos cellules ? Nos échanges avec la nature sont encore bien plus importants que nous ne le croyons, il faut lui faire confiance, elle sait bien ce qu’elle fait.

Voyez sur la seconde photo les jeunes pousses du mûrier. Si les feuilles de ces deux arbustes se ressemblent, elles n’ont cependant pas du tout la même couleur. La teinte vert-foncé/lie-de-vin du mûrier, moins frappante, n’est pas dépourvue de charme.

Nul besoin d’aller consulter un chromothérapeute, le jardin en est un !

 

Aujourd’hui, derrière un peu de vent, le soleil est chaud...

Allez dans la lumière et dans les couleurs offertes gracieusement à votre bien-être !

 

la gaillarde conteuse

 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 18 Avril

Publié le par Patricia Gaillard

Le cerisier japonais est au comble de son fleurissement, ainsi que le lilas dont le suave parfum plane dans la nouvelle tiédeur du soleil. La fraîcheur des nuits d’Avril et l’absence de pluie ont permis cette année de conserver la beauté des fleurs de ces deux arbres durant longtemps. C’est assez rare et cela mérite d’être apprécié. 

Nous avons dégusté les premiers radis, rose vif, croquants, juteux, doux, quelle merveille. Et puis aussi les premières jeunes salades, si tendres, si vertes, un vrai régal. 
Les fanes des radis, mêlées à de l’échalote, à trois cuillerées à soupe de purée de pommes de terre-carotte et à un demi-bouillon cube « bouquet garni » sont devenues une soupe, verte comme la mousse, et délicieuse... 

Et voici qu’à cette mi-Avril le potager, à nouveau, nous nourrit.

la gaillarde conteuse 

 

 


 

Partager cet article
Repost0

1 2 > >>