Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Paroles de chat 1

Publié le par Patricia Gaillard

Paroles de chat 1

 

« Je n’ai pas le moral. Vous avez entendu cette nuit ce vent et cette pluie ? J’étais dans le grenier, dans ma petite maison de fourrure offerte par mes maîtres, quand j’ai entendu ça. Je me suis dit : ça y est, ça retarde encore le printemps qui pourtant s’annonçait super bien. Moi je m’étais bien préparée, j’avais acéré mes griffes aux troncs des sapins et des bouleaux, j’avais commencé à perdre mon poil d’hiver qui tient chaud mais m’encombre, sans lui je suis plus mince, plus alerte, plus aérodynamique. 

J’étais fin prête pour la chasse aux grenouilles, pour la chasse aux lézards, j’adoooooore !

Oui, je sais, les lézards ne sont pas bons pour moi, mais je m’en fiche complètement. Il n’y a que vous les humains pour avoir l’idée saugrenue de renoncer aux plaisirs parce que c’est raisonnable. Sommes-nous faits, franchement, pour être raisonnables ? D’ailleurs le monde des chats se porte très bien. Le monde des hommes c’est autre chose. Je vous trouve très tendus dans l’ensemble ces derniers temps. Je ne sais pas ce qui se passe.

J’attends le printemps. Je ne fais plus que ça. Je dors aussi. Ma maîtresse est fâchée car mes lits de jour sont (en ce moment, car j’adore changer d’endroits) les fauteuils de bureau de mon maître. J’y passe des heures. Il paraît qu’ils sont pourris de poils. Ce n’est pas de ma faute, c’est ce fichu tissu qui retient tout, une vraie brosse ! Ma maîtresse a l’intention d’acheter des housses, si j’ai bien compris, en rose fushia, pour que ça aille avec le mur du fond, qui est violet. C’est ce que j’ai entendu dire. Je suis moins bête qu’on ne croit.

Fuschia... je ne sais pas si je vais aimer... je trouve qu’ils auraient pu me demander mon avis.

Ils oublient un peu souvent tous les deux que nous sommes trois.
Ils disent pourtant que je suis leur chat 

 

Vous voyez comme vous êtes... »

 

le chat de jla gaillarde conteuse... 

Partager cet article
Repost0

Soyons oiseaux 6

Publié le par Patricia Gaillard

Photo Sylvie Gaillard


Soyons oiseaux 6 

Je suis la mouette en vol

Voyez mon ombre sur le miroir de l’eau

Que dis-je - je n’ai pas l’habitude des mots -

Voyez mon reflet sur le miroir de l’eau

Je ne le vois pas, ce n’est pas ma nature

Je ne connais donc pas la déchirure

De se découvrir ou beau ou laid

Comme Narcisse épris de son reflet

Moi je passe sur lui, libre de mon image

Et si petit, si simple, je suis déjà un sage

 

 

la gaillarde conteuse d’oiseaux

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 6 Mars

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 6 Mars

 

Un thé fumant, un bouquet de jonquilles, le soleil entrant par la fenêtre, le vert de l’herbe qui brille, les forsythias, les prunus, fleurs jaunes, blanches ou roses, les violettes et les pervenches, tous les signes du printemps.

La serre abîmée par le grand vent de Janvier est réparée et abrite déjà les plants de choux-fleurs et de brocolis et leurs jolies feuilles neuves mates, couleur vert-de-gris. Pas loin de ces jeunes pousses fringantes ont été plantés aussi des pommes de terre, des échalotes et de l’ail blanc qui seront des primeurs appréciables lorsque les vieilles récoltes seront flétries car même de la grange obscure où elles ont passé les derniers mois, elles savent bien que l’hiver est fini et que leur existence se termine, alors elles germent, espérant, comme toute vie, se reproduire, s’enraciner, donner naissance, se perpétuer. Elles mettent toutes leurs dernières forces dans leur germe, leur sauveur, et nous les retrouvons flasques, ridées, vidées de leur substance et hérissées de pousses vives et nacrées. La vie !

 

Joli début de Mars pour vous 

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Le mois de Février

Publié le par Patricia Gaillard

Photo Agenda de Hildegarde de Bingen


Nous disons adieu aujourd’hui à un mois de Février très particulier. Figurez-vous qu’il avait quelque chose de spécial qui ne se verra plus durant les 823 années à venir. Eh oui, il a comporté quatre Dimanches, quatre Lundis, quatre Mardis, quatre Mercredis, quatre Jeudis, quatre Vendredis et quatre Samedis !

Il a fait très beau ce 28 Février, nous sommes allés aux Jonquilles dans les bois de st-Jean. Des jonquilles dans un bois semblent des étoiles tombées sur la terre.
Nous étions plusieurs, dispersés, penchés et heureux. 

que cette fin de Dimanche vous soit douce
Que cette fin de Février vous soit prometteuse !

la gaillarde conteuse 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 25 Février

Publié le par Patricia Gaillard

Photo Sylvie Gaillard

 

La Véronique de Perse est d’un bleu inégalable. Elle est aussi belle qu’elle est petite. Il faut se pencher un peu pour la voir tant elle est discrète. Sa fleur a la taille d’un ongle de petit doigt, mais petit le petit doigt !  Elle a un cœur blanc, ourlé de violet et ses quatre pétales, délicieusement ronds et creux, sont striés de bleu plus sombre. La contemplation d’une Véronique de Perse est un enchantement et l’on peut s’y perdre, elle propose alors le voyage joueur d’un labyrinthe céleste. Est-elle de Perse cette Véronique ? Mais oui et elle s’est installée parmi nous voici seulement quelques siècles. Chance pour nous. Sans elle il manquerait quelque chose à coup sûr !

 

la gaillarde conteuse...

Partager cet article
Repost0

Soyons oiseaux 5

Publié le par Patricia Gaillard

Photo Sylvie Gaillard


 

Je suis la tourterelle

Vous connaissez ma ritournelle

Lancée cent fois dès le matin

Je ne suis ni grise ni beige

Mais grège, exactement grège

Avec un collier blanc de lin

Et deux yeux de rubis

Où miroite la vie

Je sais ma mission sur la terre

Et rien ne peut m’en éloigner

Mon compagnon, nos œufs, les airs

Sont ma courte destinée

Et chanter, chanter, chanter...

 

la gaillarde conteuse d’oiseaux

 

 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 21 Février

Publié le par Patricia Gaillard


Le jardin du 21 Février

 

Levée tôt, je suis sortie un instant renifler le dehors, car il m’a semblé que le printemps s’y trouvait. Je l’ai entendu dans le chant insistant des tourterelles, je l’ai vu dans le cœur de trois pervenches, dont le bleu virginal nourrit l’œil. Quelle visite, quel accueil en ce dimanche matin ! Mon cher jardinier a planté hier des pommes de terre dans une des serres et vers le soir nous avons surpris un mille-pattes sur un mur et une mouche sur une vitre. Osez me dire que ce ne sont pas là des signes de printemps. Timides, certes, mais tout commence timidement. C’est là que nos yeux et nos oreilles doivent se faire subtils, pour percevoir le changement. Les poules de mon voisin caquètent joyeusement, elles aussi sentent la timide nouveauté. Un corbeau passe, pousse son cri grinçant et se pose dans le noyer, le parfum du café vient me tenter, je vais le suivre...

Je vous souhaite de voir et d’entendre ce qui se prépare doucement autour de nous

Très bon dimanche pour vous

 

la gaillarde conteuse...

Partager cet article
Repost0

Soyons oiseaux 4

Publié le par Patricia Gaillard


 

Puisqu’il est ici, en ce moment, question de paroles d’oiseaux, il doit être aussi question de paroles de plume... D’autant que vous, humains, en faites bonne consommation dans votre langage. 

« Prendre la plume » par exemple est une bonne idée,

ça permet d’être « léger comme une plume. »

Dans ce cas vous avez le choix :

Vous avez la « plume d’oie » elle est d’un autre temps, c’est vrai, mais c’est grâce à elle qu’on s’est mis à dire « une belle plume » qui peu à peu a visé plutôt l’écriture que l’objet.

Vous avez le « porte-plume, avec « plume sergent-major », s’il vous plaît.

Vous avez le « stylo-plume » avec plume fine, en or. Classe.

Vous avez le « stylo-bille » mais là vous trahissez quelque chose, il ne vous empêchera pas cependant de devenir une « belle plume. » 

Mais faites bien attention, ne vous faites pas « plumer », car la littérature rapporte peu.

Découragé, vous pourrez toujours aller « aux plumes », si vous avez un lit garni d’un édredon véritable, ceux à plumes d’oie sont de loin les meilleurs, mais plus rares, et plus chers.

Si par contre vous décrochez le Goncourt, vous serez une plume célèbre et ce sera bien pour vous. Veinard...

 

Zizi Jeanmaire chantait :

 

🎵  Mon truc en plumes

Plumes de zoiseaux

De z’animaux !  🎵

 

 

la gaillarde conteuse d’oiseaux

Partager cet article
Repost0

Les sept corbeaux 3

Publié le par Patricia Gaillard

Installez-vous confortablement, fermez vos yeux, écoutez l’histoire...

ˋ

 

ˋ

Partager cet article
Repost0

Les sept corbeaux 2

Publié le par Patricia Gaillard

Installez-vous confortablement, fermez vos yeux, écoutez l’histoire...

 

Partager cet article
Repost0