Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le petit chêne

Publié le par Patricia Gaillard


Ça fait longtemps que je ne vous ai parlé du petit chêne. Probablement car j'en ai moins de souci, il a tellement grandi, est devenu solide et moins vulnérable.
Il faudra un de ces jours que je nettoie la terre autour de lui, car il attire plein d'herbes folles, folles de lui, sûrement car il est beau !
Il faudra aussi tailler quelques branches de frêne qui passent au-dessus de lui, pour le protéger peut-être, mais je crois qu'il en a moins besoin à présent que de lumière. 
Il a commencé à peindre son costume d'automne, joli vert, bel orange, mon cher chêne comme vous êtes élégant ! 

 

la gaillarde conteuse 
 

Partager cet article
Repost0

L'héroïne, le héros du conte

Publié le par Patricia Gaillard

 

Cliquer sur la photo pour voir l'auteur


Si nous nous tenions simplement comme l'héroïne, le héros d'un conte ? Elle avance, pieds sur terre, parmi les oiseaux et les arbres, ses frères. Elle ne cherche pas à aller vers l'autre monde, c'est l'autre monde qui vient à elle. Elle ne connaît pas sa force, mais tant de forces sont en elle. Elle va si confiante vers sa quête que tout s'organise dans ce sens autour d'elle. Elle s'abandonne à ce qui suit et les événements sont ses pas. Les étoiles se groupent en couronne sur sa tête étonnée. L'ailleurs peut enfin prendre sa place et leur jeu à tous les deux peut se dérouler.

Les contes nous disent sans cesse cette magie, depuis la nuit des temps
Il répètent cette recette que nous croyons perdue, ce qui nous laisse perdus

Tout est aussi simple que ça
Mais nous avons appris autre chose
Désapprenons
Soyons cette héroïne, cet héros du conte
Le reste se fera

 

la gaillarde conteuse 

Partager cet article
Repost0

Votre bouquet du Dimanche 23 Octobre

Publié le par Patricia Gaillard

Il reste toujours un peu de parfum
À la main qui donne des roses...

Confucius

Partager cet article
Repost0

Matin d'Octobre

Publié le par Patricia Gaillard

Le soleil est apparu d'un seul coup, tirant des traits comme des épées de lumière. Le petit cerisier du verger brillait de ses fines feuilles orange et on entendait un peu plus loin le cor de chasse qui rassemblait les chiens. Un corbeau s'est envolé, une noix dans son bec et l'écureuil s'est figé pour regarder s'élever ce voleur de réserves. De la porte de la cuisine, entrouverte vers ce paysage, s'échappe un parfum de pomme cuite et de cannelle chaude.
Octobre est fidèle à lui-même, avec ses dons, ses tons, ses sons...

Savourez ce we ! 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0