Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VERS SEPTEMBRE

Publié le par Patricia Gaillard

 

 

Août a presque terminé de tisser le tapis de ses jours et dans les petites brumes du matin on sent déjà certains parfums de septembre. Je ne vais pas trouver à redire, l'automne est de loin ma saison préférée. Il y a en lui je ne sais quoi de plein, de doré, de doux, de généreux. Il est à l'image des pommes, des noisettes, des potirons qui courent sur les murets de pierres, des cartables garnis de choses neuves, qui attendent sagement la rentrée des enfants.

C'est mon mois, celui de ma naissance,

celui qui m'a accueillie un jour dans cette vie dont je ne me lasse pas...

 

C'est aussi le mois où je pars, alors que tout le monde revient, et que les bouillonnements touristiques, que je fuis un peu, sont apaisés.

 

Entre autres vacances secrètes, sachez que je raconte aussi ce mois-ci !

 

À la 3 ème journée du conte de Lançon, dans les Ardennes, où j'animerai un stage sur le Conte Merveilleux et où je conterai l'après midi, et en fin de journée, en scène partagée avec les autres conteurs présents à ce festival.

Infos : 06 81 90 31 98

 

Au salon du livre de contes "Il était une fois..." qu'organise ma chère Martine Mangeon, 

le 21 septembre, de 15h à 19h -

LE MOULIN À CAFÉ - 8 Rue Ste Léonie - Paris 14è

(dans ce lieu chacun pourra donner ses contes, accompagné par des musiciens...)

Infos : 06 07 56 64 61 - 01 43 33 33 07

 

Partager cet article
Repost0

INVITATION À UN VOYAGE PAS ORDINAIRE

Publié le par Patricia Gaillard

 

 

Vous qui passez par ici, sachez que sur un blog ami, je dirige un voyage singulier dans le monde des contes...

il n'est pas trop tard, le tapis volant accepte encore des passagers !

Rendez-vous chez Ariaga

au Laboratoire du Rêve et de l'Alchimie Spirituelle dont voici le lien... link

 

et tout d'abord voici ma petite et alléchante invitation :

 

Ce jour-là comme souvent, j’allais, l’inspiration bavarde, avec l’idée de fourrer mon nez dans une histoire à raconter et voir un peu ce que j’en allais dire pour la servir au mieux. Je ne me souviens même plus quel était cette légende, et cela n’a ici pas la moindre importance, quand soudain j’ai vu, comme je vous vois, ou presque, une espèce de vieux beau roi couronné d’une belle dignité. Il me vit étonnée, sourit de ma surprise et me dit simplement “Je suis le conte”. “Lequel ?”, lui demandai-je, “Tous !” lanca-t-il, rieur.

Il me tendit la main et me proposa un voyage chez lui, forêt, château, royaume, tout ça...

Un peu aventurière, un peu crâneuse et conteuse avant tout, je l’ai tout simplement suivi. Amis, jamais voyage ne m’aura autant plu et je n’en ai plus jamais oublié le chemin. Ce qui fait qu’aujourd’hui, veinards qui êtes là, je peux vous proposer son parcours véritable, et en tapis volant, avec boissons de jouvence, fraîcheur de petit bois et même repas pas du tout ordinaires. Ceux qui ont un penchant pour la gaudriole ne seront pas déçus, car j’y ai croisé deux sorcières et une reine, aux noirs desseins et aux noirs dessous, qui feuillètent depuis des siècles des grimoires coquins et sulfureusement créatifs, qui devraient mettre les amateurs à l’abri de l’ennui...

Mazette, quel programme, et je vous sens intéressés...

Partager cet article
Repost0

CONTES À LIRE

Publié le par Patricia Gaillard

 

 

CONTES À LIRE

 

Dans la liste que vous voyez à gauche, je propose des contes à lire. Ils sont extraits de mon ouvrage LA BELLE AU BOIS édité aux éditions le pré aux clercs, qui est un recueil de 18 contes merveilleux, parmi les plus connus, écrits à ma manière... manière de conteuse, de rêveuse, de chercheuse de mondes.

Aujourd'hui je vous y ai posé un conte qui s'appelle UN OEIL, DEUX YEUX, TROIS YEUX, et que j'ai baptisé L'OEIL DU MONDE

Histoire d'une fille incomprise, rejetée, particulière, qui puise sa force dans la nature, auprès d'un chêne et d'un oiseau bleu. C'est par eux qu'elle a accès à d'autres mondes qui sont des chemins mystérieux et sûrs vers l'accomplissement. Le conte ne nous remet-il pas en mémoire ici, une fois de plus, ces chemins qui sont les nôtres ?

 

Riche histoire, habitée de nombreux symboles.

Je vous laisse y pénétrer par ce troublant escalier

 


 

IMG 0043

Partager cet article
Repost0

L'ERMITE !

Publié le par Patricia Gaillard

photo-copie-1

 

Amis, il faut de temps en temps retourner dans la forêt de l’âme, retrouver cette petite maisonnette cachée sous les lierres et les branchages, y passer d’érémitiques heures et boire à la source primordiale de l’univers.
Cette pluie, qui désespère chacun, est pour moi une période d’inspiration. Je vis penchée sur l’écriture de mon roman, plusieurs heures par jour, voire des heures de nuit, que j’affectionne pour cette clarté spirituelle de l’air, quand une demi-terre dort et que les mondes prennent leur curieuse parole et me soufflent ce que le jour ne peut véhiculer. La musique monotone de la pluie sur les toits, sur l’herbe et sur la terre font un rythme chamanique qui m’invite à des voyages.
Fermez les yeux un instant, imaginez l’obscurité douce d'une cabane des bois, asseyez-vous, acceptez ce gobelet de terre, reniflez cet élixir aux volutes vertes piquetées d’éclats de cuivre, c’est un mélange rare de poivre et de cardamome, magique mixture de ma délicieuse folie de raconteuse. Laissez-vous glisser dans ce "ne plus penser " si reposant et laissez venir à votre esprit ce qui doit y venir.
Gageons que vous serez surpris.
  


Partager cet article
Repost0

Ce petit chaperon rouge

Publié le par Patricia Gaillard

  CE PETIT CHAPERON ROUGE


Little red riding hood D'après Sir Edwin Landseer   

"Little red riding hood" d'après Sir Edwin Landseer

 

En ce moment je pense beaucoup au petit chaperon rouge. Je ne sais pourquoi et c'est sans doute ce qui est intéressant. Cette peinture que vous voyez ici me touche particulièrement. La porte ouverte, la chevillette qui pend, ce panier posé... Voyez la finesse des pieds dans les souliers, les cheveux fins et légers, et le petit visage où se lisent tant de choses. Et ces menottes donc, qui tiennent bien fermé ce fameux chaperon rouge, comme si un danger menaçait !

On a envie de lui dire " N'entre pas petite, retourne vite chez toi, va..."

Cette histoire n'est pas une vieille histoire, c'est une histoire d'aujourd'hui et de demain, une histoire qui ne finit pas. On dit bien qu'une histoire qui finit mal est une histoire qui ne finit pas.


On dit qu'aujourdhui c'est le jour de la femme

 

Il faudrait aussi un jour des chaperons rouges

 

 

Partager cet article
Repost0

Une visite, ce matin

Publié le par Patricia Gaillard

 

UNE  VISITE, CE MATIN

Voyez ce rouge-gorge, près d'une touffe d'herbe indéniablement fraîche...

Le printemps s'habille, se prépare, dans ce qui semble encore l'hiver. Il ne va pas tarder.
Cet oiseau, tôt ce matin, était son messager.

 

georges

Partager cet article
Repost0

Personnages secondaires des contes...

Publié le par Patricia

 

LES PERSONNAGES SECONDAIRES DES CONTES


Avec un groupe de lecteurs, avec lequel je travaillais à Montauban, nous avons évoqué ces personnages des histoires qui restent dans l'ombre, contrairement au héros qui est en pleine lumière. Pourtant ce personnage de l'ombre est parfois une clef sans laquelle l'histoire ne pourrait être. Songez par exemple à la femme de l'ogre dans le conte du Petit Poucet.
Tout d'abord elle vit avec ce grand escogriffe balourd qui a la fâcheuse manière de dévorer tout ce qui bouge. Partir ? Pensez-vous, elle a eu avec lui sept filles couronnées qui dorment dans un grand lit de soie. Alors elle ruse, elle détourne autant qu'elle peut de notre peau, l'attention de son époux aux dents coupantes et jaunes. Et elle est mère, donc touchée par ces sept petits que la misère a poussé devant sa porte, et qu'elle reçoit. Elle hésite, pour cause, mais elle les fait entrer, avec l'intention de les soustraire au grand danger de sa demeure. Mais c'est le minuscule héros lui-même, qui pour sauver sa peau et celle de ses frères, sacrifie les sept jeunes ogresses en posant sur leurs têtes rousses leurs longs bonnets crasseux.
Elles seront ainsi égorgées par celui de qui elles sont nées. Crime suprême.
La femme de l'ogre dans ce conte perdra tout ce qu'elle aura soigneusement construit pour supporter l'inacceptable. L'inacceptable doit-il être finalement supporté ? C'est peut-être le second message de cette magnifique histoire où nos personnages intérieurs traversent une aventure formidable.
Il y a d'autres personnages secondaires de contes, qui méritent aussi qu'on dirige un moment vers eux le projecteur à gélatine bleue de nos rêves intérieurs !

Amis, passants, conteurs, Je vous laisse la parole !! 

 

IMG 1683

Partager cet article
Repost0

Chez ma chère Marie

Publié le par Patricia

 

CHEZ MA CHÈRE MARIE

 

Mes pas de conteuse m'ont emmenée du côté de Montauban les jeudi 17 et vendredi 18 janvier. Avant de m'en revenir chez moi, j'ai fait une halte chez Marie, une grande amie conteuse. Elle vit à Beaumont de Lomagne, dans une maisonnette aux volets vert pistache, entourée d'un jardinet. Marie est une espèce de facétieuse fée gasconne. À presque 80 ans elle est d'une vivacité et d'une jeunesse fascinantes. Quand nous sommes ensemble, nous dînons toutes deux devant sa cheminée, partageant tout autant les mets que nos secrets de conteuses, les plus forts, les plus fous. Que j'aime cette digne créature, avec qui je sirote, jusque tard dans la nuit, des tisanes de fleurs sèches sorties d'un pochon de papier, qui devient tabatière bruissante de magicienne, pendant que nous rions, rêvons, sans chercher à refaire un monde dont nous avons la chance de capter les merveilles...
Que la vie est bonne de me mener ainsi sur les sentiers parfumés d'êtres pas ordinaires.
Comment voudriez-vous que je trouve à redire, alors que je vis très souvent au "paradis de tous les trésors !"

 

Merci chère Marie...

IMG 1403-copie-1

Partager cet article
Repost0

SACRÉE BABA YAGA

Publié le par Patricia

 

SACRÉE BABA YAGA

 

Ce samedi 12 janvier, à l'espace Jemmapes à paris, les participants à mon atelier sur les os de la Baba Yaga ont été très nombreux.

si vous désirez lire le compte rendu de cet atelier, cliquez par ici : link

Quelle après midi nous avons traversée, à suivre Vassilissa la Sage dans son impressionnante histoire, jusqu'à la forêt, jusqu'au pont d'obier, jusqu'à la maison singulière de la fameuse Baba Yaga. Cette yaga, d'aucuns la pensaient exclusivement sorcière, ogresse... que nenni ! Elle est une magnifique personnificatin de la nature sauvage, ni bonne, ni mauvaise, mais révélatrice de la "civilisation" des êtres que nous sommes. Avons-nous perdu le fil qui nous relie à elle ? Bien sûr que non... dans la psyché rien ne disparaît, des choses s'endorment, s'éteignent presque, jusqu'à devenir braises minuscules, réveillées à tout moment par nos prises de conscience. Cette vieille femme en nous, avec son allure de corbeau sec et noir, ses jupons d'écorces et de mousses, sa jambe d'os sans chair, son chaudron où sont cachées toutes les histoires des hommes, son balai de cheveux de morts qui effacent les traces de ses passages, et les os surmontés de crânes qui entourent sa demeure, a vraiment des choses à nous dire, à nous apprendre, à nous réapprendre. Elle est notre païenne mémoire, notre belle origine, la fréquenter c'est se fréquenter soi-même... Il suffit d'oser passer ce pont d'obier, et de pénétrer dans l'autre monde... celui qui nous est intérieur.

Bon et merveilleux voyage...

Merci à tous ceux qui ont été là et pour tout ce qui a été...


si vous désirez lire le compte rendu de cet atelier, cliquez par ici : link


Merci à Nathalie Leone et à Elisabeth Salesse pour ce lieu et cet événement mensuel parisien qui attire... UN SAMEDI POUR CONTER - Espace Jemmapes - 75010 - Paris - 01 48 03 33 22
M° Gare de l'est - République -


matriochkas

Partager cet article
Repost0

Atelier et veillée de contes

Publié le par Patricia

 

ATELIER ET VEILLÉE DE CONTES - Patricia Gaillard -

 

samedi 12 janvier à l'espace Jemmapes - PARIS

 

De 15h à 19h : L'atelier propose un travail d'approfondissement du conte russe de Vassilissa-la-sage. Patricia Gaillard nous mènera à la rencontre de son contenu initiatique, alchimique, chamanique, par des exercices qui feront découvrir le coeur de ce conte.

 

À 20h30 : MAMOTCHKA contes de la forêt païenne
Au-delà d"un pont d'obier, dans la sombre forêt russe, se trouve la cabane de la Yaga. Qui est cette femme ? Une chamane, une sorcière, l'oeil de la nuit, la mère du jour, la reine des vers de terre ? Cette antique teigneuse sait des choses éclairantes et précieuses...

 

Espace Jemmapes - 116 quai de Jemmapes 75010 - PARIS - Métro gare de l'Est
Réservations et renseignements : 01 48 03 33 22 
Par mail : reservation-je@asso-crl10.net


photo

Partager cet article
Repost0