Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le jardin du 16 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 16 Novembre

 

Les courges butternut et les potimarons reposent tranquillement dans la grange pour l’hiver. L’atmosphère fraîche et un peu obscure du lieu leur convient fort bien et certains se conserveront parfaitement jusqu’au printemps. Ces cucurbitacées sont précieuses, car elles peuvent entrer dans la composition de tant de plats salés ou sucrés. En soupes, en gratins, en purées, en salade, en tartes et même en gâteaux. Vous trouverez des centaines de recettes en cherchant un peu sur internet, mais je vais vous donner aujourd’hui celle d’un cake que nous trouvons fameux. Il est loin des gâteaux de nos cuisines, où beurre et sucre se taillent la part belle et rendent ces gourmandises trop riches pour être dégustées souvent. Sortez votre gourmandise de sa bouderie, déstressez votre cholestérol, car voici de quoi les contenter en toute bonne conscience.

 

MARBRÉ CHOCOLAT-BUTTERNUT

200 g de purée de courge Butternut – 60 g d’huile d’olive – 100 g de noisette en poudre – 2 cc de cannelle ou autre mélange d’épices – 90 g de sucre complet – 175 g de farine – 3 cc de poudre à lever – 60 g de chocolat noir (à 70% c’est idéal) – 2 oeufs

Mélanger la purée avec les œufs et l’huile. Rajouter le sucre, les épices, la poudre de noisette, la farine, la poudre à lever et une pincée de sel. Mélanger pour obtenir une pâte homogène. Faire fondre le chocolat au bain marie. Dans un moule à cake huilé, verser 2/3 de la pâte. Dans le 1/3 restant, rajouter le chocolat, mélanger et verser dans le moule. Enfourner pour 45 min à 180°C.

 

Sachez que le goût de l’huile d’olive ne se détecte pas dans un gâteau. Vous pouvez bien sûr improviser, remplacer la farine de blé par une autre, les noisettes par des amandes ou des noix... les possibilités sont nombreuses !
Amusez-vous

Bon appétit !

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Alexandrine de Césure

Publié le par Patricia Gaillard


Vous retrouverez tous les épisodes d’Alexandrine de Césure par ici

 http://www.patricia-gaillardconteusesauvagedumerveilleux.com/preview/4a22a5a7c19c819aeff16b6fb69fc7a7851c5be2

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 14 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 14 Novembre

 

Ce matin nous avons la visite d’une chenille, qui n’est autre que le futur Machaon, appelé aussi Grand porte-queue, papillon courant des jardins. Celui-ci pond ses œufs isolément, ce qui explique la nature solitaire de cette chenille. Elle demeure à proximité de la plate-bande des carottes, dont elle grignote les fanes, sans faire d’importants dégâts étant donné qu’elle est seule. Chez nous elle est heureuse et elle survit aisément car nous ne traitons rien au potager. Quand arrivera pour elle le moment de la nymphose, elle s’attachera à une tige avec une espèce de ceinture soyeuse qu’elle tissera soigneusement autour d’elle. Un travail long et difficile. Puis elle deviendra lentement chrysalide et ressemblera alors à un joli et délicat lampion pointu de papier japonais, vert ou marron. Contrairement à d’autres chrysalides, elle ne sera pas pendue tête en bas mais restera ceinturée ainsi à la tige choisie, jusqu’à l’instant d’en sortir... papillon.

 

La chrysalide n’est-elle pas symbole de nos limitations dont il faut un jour s’extraire pour s’envoler...

Je me plais à regarder ainsi cette très belle chenille sur ce fond de mousses éclatantes

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 13 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard

La pomme de terre attendrie observe la branchette de céleri


 

Le jardin du 13 Novembre 

 

Oh la, il me faut revenir à vous, car j’ai trouvé ce matin une branche de céleri rigolote et immédiatement je me suis dit « il faut que je la montre à mes visiteurs ». Mais oui, ça fait longtemps que je ne suis venue ici vous raconter mes petites sornettes !

Laissez-moi rêver : vous vous ennuyez

Cette branchette de céleri, avec ses boursouflures si régulières tout le long de la tige n’est pas banale. C’est une artiste ! Elle a pris des initiatives, elle s’est distinguée, elle s’est détachée du groupe, car sur le pied elle est vraiment la seule à avoir osé faire une chose pareille. Je l’ai posée à côté d’une pomme de terre, qui a eu un peu moins d’audace certes, moins de créativité, mais qui a retenu mon regard. Voyez donc son sourire, elle est ravie. 
Je vais créer dans un coin de ma cuisine, un petit groupe de légumes pas ordinaires

Le concours est ouvert à tous les habitants de notre cher jardin

Je pense que nous allons avoir quelques surprises. 

Je vous tiens au courant.

Bien sûr...

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

À bientôt

Publié le par Patricia Gaillard

Je prends congé de mon blog quelques jours... à bientôt 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 7 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 7 Novembre

 

L’étang abrite des poissons blancs, essentiellement des gardons, des ablettes et quelques carpes. Nous ne sommes pas sûrs que ceux-ci trouvent ici de quoi se nourrir suffisamment, nous complétons donc avec les restes de pain que nous faisons fondre dans de l’eau et du blé que nous mettons à  macérer une douzaine d’heures dans de l’eau chaude. Celui-ci est prêt lorsqu’il se fend. On ne peut donner de blé cru aux poissons, car les grains gonflent dans leur estomac et ils peuvent en mourir. Ce blé est préparé trois fois par semaine dans une grande casserole et jeté aux poissons qui, attirés immédiatement, viennent par dizaines frétiller juste sous la surface de l’eau. Quand il fait froid ils cessent de se nourrir.

Nous avons remarqué que la poule d’eau venait après notre passage, grappiller les grains tombés sur la rive. Du coup nous lui en posons, à elle aussi, à l’endroit où elle se tient la majeure partie du temps. Une manière de l’aider, de la familiariser avec le lieu aussi, car nous apprécions bien sa présence.

L’eau de cet étang est très froide, car elle arrive de la source, qui est à 4 degrés, puis elle repart dans la rivière. C’est un étang courant. Nous avons essayé d’y introduire des plantes d’eau, nénuphars, élodées, mais rien n’arrive à s’installer. Le froid, sûrement. Par contre ça nous vaut une eau qui reste belle et dans laquelle nul ne risque de se baigner ! Ainsi cet étang reste un étang. Seuls les grenouilles, la poule d’eau, les canards colverts, le ragondin, le martin-pêcheur et occasionnellement le héron y sont vraiment à l’aise.
Les deux derniers étant ultra-motivés par les beaux poissons blancs !

Mais vous connaissez à présent la devise du lieu

«  il faut que tout le monde mange »

 

Prenez grand soin de vous

 

la gaillarde conteuse

 

 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 6 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard

L’automne dedans...

Le jardin automnal est présent dans la demeure
Ici le dehors doit toujours être à l’intérieur
Les très anciennes fenêtres en chêne prennent l’air
ainsi nous ne quittons jamais ce jardin-frère
Même en dormant...

Faux-chat, dahlias...

 

Pommes... d’amour !
Décors du dehors
Cyclamens au frais, comme il leur plaît

 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 5 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 5 Novembre

 

Et voici la fameuse fleur de l’artichaut. Vous remarquerez qu’on dirait une très grosse fleur de chardon, un parent bien sûr. Par contre l’artichaut que j’avais trempé dans un pot d’eau se dessèche de jour en jour. Il ne fera pas sa fleur.

 

La nouvelle fraîcheur des nuits précipite la chute des feuilles et tout le jour on les voit tourbillonner gracieusement dans le vent, sous la brume ou dans le soleil et recouvrir peu à peu le sol. C’est le moment d’en faire provision pour recouvrir les légumes qui resteront en terre durant l’hiver. Ces feuillages - ramassés à la tondeuse car hachés ils offrent bien moins de prise au vent - feront sur nos chers végétaux de réserve une couette douillette. Marinette la courgette est envieuse, ces feuilles lui plaisent tant. Nous lui en offrirons.

Pas de jalousie au potager !

 

Et à vous, douce journée

 

la gaillarde conteuse

 

 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 4 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

Le jardin du 4 Novembre

 

Une jolie coccinelle a élu domicile dans ma cuisine. Elle semble aimer la chaleur des cuissons et se tient parfois à une dizaine de centimètres à peine des casseroles. Du coup je réalise que je sais très peu de choses sur cet animal pourtant très familier, je vais donc vous livrer le fruit de mes recherches... édifiantes.... et décevantes. 

Pour commencer, me voilà surprise, car cette bête joliment ocre et brillante n’est autre que harmonica axyridis, coccinelle asiatique, importée volontairement il y a quelques années puis vendue dans les jardineries, car grande consommatrice de pucerons. Une chance pour la gestion écologique des jardins car cette espèce, d’après de sérieuses études faites, ne risquait pas de devenir envahissante comme on le craignait ou d’éliminer peu à peu les coccinelles du lieu.

Oui mais - et là ça se corse - il y a eu ensuite des importations clandestines de variétés du même ordre venues de Belgique ainsi que d’autres venues du continent américain, qui se mêlent à la variété déjà présente et produisent ainsi une coccinelle hybride qui se reproduit comme elle mange, c’est à dire bien trop, et qui génère donc un grand déséquilibre néfaste à nos chères et familières coccinelles. 

D’autant que ces nouvelles venues peuvent prendre, les vicieuses, l’allure des coccinelles européennes, il n’y a que par le nombre de points qu’on peut alors les distinguer. La coccinelle européenne a entre 2 et 7 points, la coccinelle asiatique entre 0 et 19 points !

De plus ces coccinelles hybrides peuvent provoquer des allergies chez les habitants des demeures où elles cherchent à pénétrer pour la saison froide et on dit que leurs excréments ont une affreuse odeur... tout pour plaire !

Donc j’ai pris une cuillère et j’ai cueilli la petite bête jaune pour la mettre à la porte, sans autre forme de procès.

Bien sûr il aurait sûrement mieux valu la tuer, mais cela va à l’encontre de mes idées...

 

Mais... en ce moment les mésanges sont toutes folles, elles picorent entre les pierres de la maison, probablement pour en déloger des insectes qui s’installent et elles, c’est leur mission !
Qu’elles se régalent donc sans limites de coccinelles asiatiques, et qu’elles épargnent nos belles coccinelles noires et rouges qui ont entre 2 et 7 points...

 

Parviendront-elles à faire le tri... ???

 

Nul ne peut nous empêcher de rêver !

 

la gaillarde conteuse

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Le jardin du 3 Novembre

Publié le par Patricia Gaillard


 

le jardin du 3 Novembre 

 

Quand la mort est sur scène, j’aime évoquer la vie. Elles sont indissociables...

Un cycle intéressant au jardin est celui du compost. Rendre à la terre ce qui reste de quelque chose de vivant. Comme nos corps ou nos cendres, le végétal une fois utilisé voit ses restes retourner à son origine. Il germe dans la terre, pousse dans la terre, puis revient à la terre. Voici sûrement pourquoi, dans les mythologies, on nous dit créés avec de l’argile, car, in fine, nous retournons à la terre.

Le compost, même si vous ne faites pas de votre jardin un potager, reste un geste logique et écologique. Un coin réservé où l’on dépose épluchures, légumes et fruits pourris, coquilles d’œufs, marc de café, feuilles mortes, petites branches de taille coupées en morceaux. Mais aussi papier journal (pas magazines) et essuie-tout (pas trop) dosettes ou filtres à café en papier, restes végétaux des assiettes.

Immanquablement au bout de plusieurs mois ou années, vous aurez, dans le dessous, une masse noire, légère - qui n’est pas du terreau malgré les apparences - que vous pourrez disperser autour de vos vivaces, arbustes, arbres et qui apportera des substances nutritives.

Quand on fait son compost, jeter des végétaux à la poubelle devient une idée très étrange, car c’est rompre le cycle naturel de la transformation.

Bien sûr il faut s’organiser, avoir à la cuisine un récipient réservé à cet effet que l’on va vider sur le tas ou dans les coffres prévus à cet effet. Et puis avec l’été et la chaleur des odeurs se dégagent du compost, plus ou moins agréables, et des insectes par milliers viennent allègrement y choisir leur pitance.
Mais tout cela est tellement vivant ! 


À méditer

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>