Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un œil neuf

Publié le par Patricia Gaillard


Un œil neuf

 

Une loupe. Mon cher jardinier m'a offert une loupe, une vraie. Elle a presque l'aspect et la taille de celle de Sherlock Holmes, mais moderne et avec une vocation toute différente.

Avec elle j'observe les fleurs et les insectes et il me semble les découvrir, alors que je les contemplais souvent. Me voici avec un œil neuf qui m'ouvre un monde nouveau !
Le détail des étamines, le tissu soyeux ou verni des pétales et des feuilles, les carapaces noires, bleues, vertes, les ailes transparentes aux reflets d'or, les pattes duveteuses, les tiges poilues, les fines gouttelettes de rosée irisée, la chair d'une fraise...

 

Pendant que la folie se répand sur la terre

Il y a une loupe qui montre la nature

La magnificence et la cohérence parfaite

De sa forme dénuée d'ego

Un grand repos

Un beau cadeau

Une fête !

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Les Lundis sages

Publié le par Patricia Gaillard


Les lundis sages

 

les quatre au Paradis

 

Un ange se posa sur la terre, chargé ce jour-là d’emporter quelques-uns d’entre nous pour leur faire découvrir, un instant, cet endroit aux cent noms, ce grand désir de l’homme, le paradis…

Il en choisit quatre, les posa dans les replis de sa toge nacrée, ils se retrouvèrent comme enivrés, on ne peut quand même pas être posé là sans être un peu estourbi… et ils montèrent ensemble dans les plis de cette robe, jusqu’à la septième voûte du septième ciel…
Tous les quatre furent pris d’une extase parfaite, qui est dans ce lieu un état ordinaire, mais nous sommes si peu prêts à demeurer en ce jardin qu’ils se trouvèrent bien vite revenus sur la terre.
Le premier d’entre eux perdit l’esprit d’avoir entrevu la merveille pure et termina ses jours à errer sur la terre où il ne trouvait plus sa place.
Le second, qui était de nature désenchantée, disait : j’ai rêvé, tout simplement, il ne s’est rien passé du tout.
Le troisième devint intarissable et chercha toute sa vie le moyen d’expliquer dans le moindre détail tout ce qu’il avait vu, s’égarant dans son discours.
Le quatrième était conteur. Il se retrouva chez lui, s’assit calmement près de sa fenêtre ouverte sur la nuit, les étoiles et les vents, c’est alors que lui vinrent des contes.

Ils furent nombreux à venir l’écouter et la vie devint un peu meilleure.

 

On dit parfois qu’aux origines le conte était un cristal. Il est tombé sur la terre, s’est brisé en mille morceaux que l’on peut encore ramasser, dispersés dans l’herbe…


Patricia Gaillard 


 

 

Partager cet article
Repost0

Votre bouquet du Dimanche 8 Mai

Publié le par Patricia Gaillard


Votre bouquet du Dimanche 8 Mai

 

Je viens à vous avec la fraîcheur ingénue de ce joli bouquet des prés, cueilli durant notre promenade matinale.

 

Nous voici à nouveau deux, après plusieurs jours partagés avec les nôtres, grands et petits. Il semble que notre demeure porte encore leurs voix, leur joie, leurs rires. Les vacances les conduisent souvent jusqu'à nous, ils viennent ici avec plaisir, ce qui nous honore, chamboule nos habitudes, en un mot : nous rajeunit. Cependant même "momentanément" rajeunis, nous apprécions de retrouver notre solitude à deux, c'est une dimension différente, mais c'est la nôtre et nous l'aimons.

Mais un pincement de cœur persiste un bon moment après leur départ !

Alors ce matin ce bouquet et sa simplicité champêtre fait plaisir à voir

 

Bonne journée douce et lumineuse

la gaillarde conteuse

 

 

Partager cet article
Repost0

Naissances

Publié le par Patricia Gaillard

L'image n'est pas très nette, mais elle vous présente la famille


Hier j'ai laissé les brins de muguet prendre partout la vedette...

Et aujourd'hui ne sera pas sage...

Je viens cependant avec une nouvelle d'importance : les petites poules d'eau sont nées. Elles sont cinq, ou six, ou sept, nous ne savons pas encore exactement, mais une observation discrète dans les jours à venir nous renseignera.
Point d'ombre : le chat roux et blanc de nos voisins a remarqué bien sûr la bonne nouvelle. Il guette assidûment. Espérons que la poule d'eau saura empêcher le désastre.
Que faire ? 
Rien, la nature œuvre...
Ne nous en mêlons pas

la gaillarde conteuse 

 

 

Partager cet article
Repost0

Large sorcière ou vieux vagabond ?

Publié le par Patricia Gaillard


Large sorcière ou vieux vagabond ?

 

Nos promenades du matin nous amènent certains jours sur une route droite et tranquille. D'un côté les rails du chemin de fer, où passent parfois des trains de marchandises avec de très nombreux wagons, de l'autre des bosquets d'arbres et des prés. Et chaque fois nous nous attardons dans l'observation d'une lointaine silhouette noire, inquiétante, qui ressemble à celle d'une large  sorcière ou d'un vieux vagabond, chargé d'un fagot de bois ou d'un gros sac et penché vers son chemin. Quand les feuilles sont entièrement poussées, on la voit un peu moins nettement, mais durant l'hiver, surtout les jours de brume, nous ne manquons pas de l'observer et de laisser courir notre imaginaire. J'ai photographié cette silhouette noire il y a quelques jours, pour vous la présenter. Reconnaissez qu'elle vous intrigue. Imaginez-la un soir, à cette heure grise que l'on nomme "entre chien et loup" et vous aurez le décor parfait des contes et des histoires de nos campagnes ! 

 

Ces petits riens qui titillent le rêve, sont un trésor sur la terre

 

la gaillarde conteuse 
 

 

 

Partager cet article
Repost0

Réponse à la devinette de Mardi

Publié le par Patricia Gaillard

Image alexas_fotos


La réponse à la devinette de Mardi : 

L'OEIL 

bonne soirée printanière ! 

la gaillarde conteuse 

Partager cet article
Repost0

La devinette du Mardi

Publié le par Patricia Gaillard


La devinette du Mardi

 

N'est pas une bête

Cependant a des poils

N'est pas miroir

Mais pourtant regarde

N'est pas nuage

Mais peut pleuvoir

 

Mettez le feu sous vos neurones, la réponse Jeudi...

Les commentaires sont ouverts au bas de la page, pour ceux qui trouveront

Quel prix pour les gagnants ?

Toute ma considération ! 😄

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Les Lundis sages

Publié le par Patricia Gaillard

Image Nick Ritz - Pixabay


Les lundis sages

 

Une femme avait entendu parler d'une vieille, guérisseuse et sorcière, qui possédait le Livre de la Mort et l'on disait que quiconque la consultait pouvait connaître le jour et l'heure de la sienne. Elle avait entendu la chose, bien sûr, mais n'y avait prêté d'abord que peu d'attention. L'idée cependant fit son chemin dans sa cervelle, ce livre se mit à l'intriguer fortement et de plus en plus. Un beau jour elle décida d'aller trouver cette sorcière qui vivait, disait-on, dans une sorte de grotte éloignée. Quand on veut quelque chose peu de choses nous arrêtent. Après un voyage à pied grandement inconfortable - car le logis de l'ermite était dans les hauteurs et plutôt retiré - elle arriva un jour dans le lieu convoité. La vieille guérisseuse était assise devant un feu de bois et elle touillait, dans une marmite noire, une tisane dont s'échappait un bien curieux fumet. Tout de suite elle sourit à la visiteuse, lui désigna un siège d'herbes sèches et lui demanda ce qu'elle faisait par là, ce que cette voyante savait déjà bien sûr...

La femme s'assit volontiers et exposa sans détours le but de sa visite. Aussitôt la vieille se leva, entra dans son abri et ressortit, tenant dans une main un tout petit livret aux feuillets jaunâtres et à la couverture de cuir usé. Elle lui demanda son nom, consulta l'ouvrage et donna, sans sourciller, la date et l'heure du trépas, qui devait survenir dans quatre années. La visiteuse, bien que frappée par l'étonnante nouvelle - quatre ans sont si vite passés ! - fit tout de même remarquer que ce livret était bien trop petit pour être honnête.

- Comment pourrait-il contenir les noms de tous ceux qui vont mourir, c'est tout à fait impossible !

- Impossible, pas du tout, lui dit la guérisseuse, car sur ce livre, bien assez grand, ne figurent que les noms de ceux qui osent venir me voir...

 

Nous serions tous bien surpris en découvrant la date de notre mort, car qui d'entre nous n'est convaincu d'être quasi éternel ?

 

Ce conte de sagesse est d'origine inconnue et c'est ma version que je vous en ai fait là...

Qu'elle embellisse votre Lundi

 

la gaillarde conteuse

Partager cet article
Repost0

Votre bouquet du Dimanche 24 Avril

Publié le par Patricia Gaillard


Votre bouquet du Dimanche 24 Avril 

Voici pour vous la lumière d'une brassée de renoncules sauvages. Cueillie aux creux des fossés, où elle trouve probablement l'humidité qui lui convient, sa fleur rappelle le bouton d'or, mais elle n'est pas nacrée comme ce dernier. Elle est cependant plus grande et son jaune est plus foncé, on dirait le jaune de l'œuf. C'est d'ailleurs à cette teinte plus orangée que l'on repère son bosquet, de loin. Son feuillage est d'un vert particulièrement joli et ses très nombreuses étamines, du même jaune que ses pétales, participent grandement à son charme. Je suis toujours ravie quand je croise ces fleurs et que le gracieux ensemble qu'elles forment orne quelques jours notre maison. 
 

Que votre Dimanche soit aussi serein que possible...

la gaillarde conteuse 

 

Partager cet article
Repost0

Simplicité

Publié le par Patricia Gaillard


Cette photo, faite par notre fille Sylvie,
Rappelle que la beauté de la vie
Tient dans la touchante simplicité

Une sage présence pour cette journée...

la gaillarde conteuse 

 

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>